PUB Ads

setif INFO Journal setif INFO Journal

 

Algerieinfo.be  Actualite Sports Politique sante economie » Category: » Setif
Guide-dz.com

El Eulma (Sétif) : attribution de 500 logements sociaux

02/07/15 - la liste des bénéficiaires des 500 logements  sociaux de la commune d’el eulma sur un programme de 3250 a été rendue publique  hier. les listes des heureux bénéficiaires ont été affichées à l’aube  à travers l’ensemble de la ville. evidemment cette attribution ne fait pas que des heureux, d’autant plus que  de nombreux postulants recalés ont pris d’assaut dès le matin le siège de la daïra pour exprimer leur mécontentement. dans le but de calmer les « ardeurs » des uns et d’éviter tout dérapage, un important dispositif des forces de l’ordre a été déployé aux alentours du siège de la daïra pour éviter tout dépassement. le chef de la daïra et les membres de la commission d’attribution sont à pied d’œuvre pour accueillir les doléances et recours  des postulants exclus de cette liste qui fait non seulement grincer les dents mais accentuer la déprime de centaines de demandeurs restés à la touche (nous y reviendrons.

Sétif : Une histoire de faux et usage de faux à l?OPGI

01/07/15 - L’Office de promotion et de gestion immobilière (OPGI) de Sétif est éclaboussé par une gravissime affaire de faux et usage de faux. Celle-ci a grevé les caisses de l’institution de 20 000 000 DA. Suite à la plainte déposée par un bureau d’études, les services de sécurité ont pris en charge cette scabreuse affaire. La genèse de l’affaire tourne autour des attachements et situations des travaux de réalisation de 100 logements à Aïn Arnat (chef- lieu de daïra situé à 7km à l’ouest de Aïn Fouara) inscrits au titre de la résorption de l’habitat précaire. Au lieu d’appliquer les articles 28 et 37 du marché stipulant qu’une pénalité de retard de 10% (20 millions DA) doit être appliquée, l’office verse à l’entrepreneur ayant cumulé un retard de 12 mois la bagatelle de 9 961 778, 27 DA. Pour «maquiller» une telle opération, les mains invisibles doivent changer la date des situations déposées par le bureau d’études. Ainsi, la situation des travaux n°10 du 26 février 2014 est par «magie» remplacée par une autre. Identique, cette dernière est antidatée au 26 juin 2013. Pour rappel, le 4 août 2013, l’Office «invite» les différents intervenants à procéder à la réception provisoire du projet le 12 août 2013. Pour non-achèvement des travaux l’opération est reportée. Une 2e réception est programmée pour le 6 janvier 2014. La commission se déplace sur les lieux, où beaucoup de réserves et d’anomalies sont constatées, en présence du représentant du maître de l’ouvrage, en l’occurrence l’OPGI. La réception est une fois de plus décalée. Pour les mêmes motifs, la 3e réception, programmée pour le 5 février 2014 s’avère infructueuse (des documents font foi). Mieux encore, l’entrepreneur, qui a été régularisé pour des «travaux réceptionnés virtuellement le 26 juin 2013», a sollicité le 18 février 2014, l’office pour une énième réception provisoire. Celle-ci aura bel et bien lieu, huit jours après. C’est-à-dire le 26 février 2014 et non le 26 juin 2013, comme mentionné dans la «copie » de la situation des travaux n°10 «retouchée». Au vu de la gravité des faits, cette affaire risque d’éclabousser de nombreuses têtes de l’office…

Sétif : Vol de 3 camions neufs dont un saisi sur l?autoroute Est-Ouest

30/06/15 - Conduit par une personne originaire de Boumerdès, un camion neuf de marque Isuzu a été immobilisé avant-hier matin par les éléments de la gendarmerie de la Section de Sécurité et d’Intervention (SSI) du groupement territorial de Sétif pour contrôle lors d’une patrouille sur l’autoroute Est-Ouest près de la station services de Babor, commune de Aïn Arnat (Sétif). Selon la gendarmerie nationale, la vérification a révélé que ce camion a été volé ainsi que deux autres camions de même marque du parc d’un concessionnaire d’automobiles à la commune de Bazer-Sakra, durant la nuit du 26 au 27 juin dernier. La fouille du véhicule a permis la découverte à son bord d’une imprimante, deux écrans pour micro-ordinateur, une scie à métaux, de pièces de rechange pour camion de marque DFM, un démarreur et un transformateur. Le mis en cause a été remis avec le camion et le matériel récupéré, aux gendarmes de la brigade de Bazer-Sakra qui ont reçu une plainte du propriétaire pour vol, le même jour à 08 heures. L’enquête se poursuit pour récupérer les deux autres camions volés.

833 millions de dinars de créances impayées

22/06/15 - Le phénomène du délestage, qui a été durant les dernières années, la hantise de bon nombre de localités de la wilaya de Sétif, est désormais dépassé, selon les responsables de la société de distribution de l’électricité (SDE) de Sétif. Ces derniers, tiennent à rassurer leurs abonnés devant passer un été sans «coupures». «En matière d’alimentation en énergie, l’été de cette année sera meilleur, car l’offre est largement supérieure à la demande au niveau de la wilaya. Inscrits dans le programme d’urgence de 2015, la réalisation de 183 nouveaux postes transformateurs qui s’ajoutent aux 278 réalisés en 2013 et 2014 augmente non seulement nos capacités, mais nous permet de répondre à la forte demande qui prend la tangente durant la saison des grandes chaleurs», soulignent Hocine Madi et Othmane Benothmane, respectivement directeurs de la SDE Hidab et  Sétif. Ces entités ont consacré de gros investissements pour la réalisation du plan 2015 exécuté à 86%, puisque 26 postes sur un total de 183 sont en cours de réalisation. Profitant d’un point de presse organisé hier, les deux premiers responsables de la SDE ont tenu à aborder de nombreux volets importants, notamment les questions relatives aux créances, les agressions contre les ouvrages et les difficultés rencontrées sur le terrain. «Malgré les mises en demeure, nos créances demeurent importantes, et s’élèvent à 833 millions de dinars. Les abonnés ordinaires occupent la première place des mauvais payeurs. Pour récupérer notre dû, nous sommes dans certains cas obligés de passer par la justice. En plus des créances, les agressions des ouvrages est l’autre casse-tête de la société, qui a enregistré 59 cas de vol d’énergie, 848 agressions d’ouvrages, 525 atteintes tierces et le vol de 9 tableaux de distribution. Ces actes pénalisent lourdement les finances de la société», clament  nos interlocuteurs, sans omettre de mettre le doigt sur les difficultés d’acquisition d’assiettes foncières pour la construction d’ouvrages énergétiques, les lenteurs dans la délivrance des autorisations de voirie, et les empiétements sur les couloirs de servitude et l’agression des ouvrages énergétiques. A la question d’El Watan se rapportant au non-raccordement  en électricité et gaz de centaines de logements achevés et non distribués, notamment les 50 logements d’Amoucha, qui devaient être distribués avant le Ramadhan, les intervenants lancent la balle dans le camp des autres intervenants. A  savoir le maître d’ouvrage n’étant autre que la direction du logement et l’OPGI : «Tant que les VRD (voirie et réseaux divers) et les postes ne sont pas achevés, la SDE ne peut intervenir ».  

Le réseau routier dans le noir

22/06/15 - L’éclairage public au niveau de l’évitement sud de la ville de Sétif, ainsi qu’entre  le chef-lieu de la wilaya et El Hassi, un centre urbain situé à la sortie Est de l’agglomération est non seulement défaillant, mais en panne. En effet, et selon bon nombre d’usagers de ces itinéraires, les pannes enregistrées perdurent depuis un certain moment. «Les habitués des points précités ont signalé une telle défaillance à maintes reprises, mais rien n’a été fait», nous a-t-on informés. Toujours selon nos interlocuteurs, les services de la commune, qui auraient été interpellés pour y remédier à ce problème d’éclairage au niveau de l’évitement sud, où les automobilistes sont obligés de conduire dans l’obscurité totale, prennent tout leur temps. «Dans pareilles conditions, il n’est pas du tout évident d’emprunter ce chemin à une certaine heure de la nuit. Dans cette ornière, le conducteur n’est pas à l’abri d’une mauvaise surprise. On a peur de traverser ce tronçon», précisent nos interlocuteurs. D’autant plus que nous avons constaté de visu la «panne» n’offusquant apparemment personne. Le même constat a été signalé du côté d’El Hassi, qui fait pourtant partie de la commune de Sétif. Les chargés de ce dossier  sont entièrement indifférents quant à ce problème d’éclairage, signale-t-on. Une telle «négligence» peut engendrer des accidents et des agressions. Endommagés par des chauffards inconscients et irresponsables à la fois, bon nombre de pylônes électriques installés récemment jonchent le terre-plein de l’évitement sud, transformé en de nombreux endroits,  en un véritable dépotoir d’une ferraille qui, faut-il le rappeler, coûte excessivement cher au trésor  public. Les responsables concernés ne se pressent toujours pas à remplacer les pylônes endommagés. Contacté pour avoir le son de cloche de la commune, le vice-président chargé des services techniques, Khaled Mehnnaoui, dit en substance : «En principe le réseau routier indiqué relève des compétences de la direction des travaux publics. Mais pour l’intérêt général, on va charger nos équipes pour y remédier». Nous y reviendrons.   

Subventions sportives à Sétif : la discrimination de la commune

17/06/15 - L’assemblée populaire communale de la capitale des hauts plateaux fait non seulement  dans les deux poids deux mesures mais dans la discrimination et l’ostracisme (les mots ne sont pas forts). Notamment quant il s’agit de la distribution de l’argent du contribuable. Ainsi, la dite assemblée trouve l’astuce et le temps pournoffrir une «récompense» de 20 millions DA à l’équipe séniors de l’entente ayant le statut d’une SPA (société par action). Quelques jours après, la dite assemblée oubliant qu’un tel argent est essentiellement destiné aux sports dit «mineurs» ouvre une nouvelle fois la vanne, et ce,  en renflouant les caisses de ce budgétivore d’une importante manne financière. Celle-ci est de l’ordre de 50  millions DA. Ne tombant pas du ciel, ce pactole a été, faut-il le rappeler, déduit du montant réservé à la centain d’associations sportives et culturelles devant se contenter des miettes. Mieux encore, l’assemblée qui fait fausse route, tourne carrément  le dos aux prouesses et performance de ces équipes dépourvues pourtant du strict minimum. Pour l’illustration, le résultat enregistré  par les séniors de l’US Sétif,  bouclant la saison en vice champion d’Algérie pour la première fois dans l’histoire du basket Sétifen est ignoré par la «majestueuse» assemblée qui n’est pas à sa première bourde. Ponctuant leur première saison en super division les séniors dames du MTS, la nouvelle locomotive du sport féminin à Sétif où l’on se rend compte de son existence (le sport féminin s’entend) qu’une fois par an, ne bénéficient d’aucun clin d’œil de l’assemblée. Le sport féminin, le parent pauvre Laquelle préfère dérouler le tapis rouge et offrir un festin et des milliards qu’au budgétivore qui ne se rassasie pas. La condamnable manière de faire des locataires de l’hôtel de ville est pour beaucoup dans le forfait général des volleyeuses de l’Etoile de Sétif. Le manque de moyens financiers  est à l’origine de la disparition de cette équipe, ayant évolué des années durant, en super division. Une telle perte n’a offusqué personne.Avant d’attaquer dimanche dernier les épreuves du BEM, les minimes filles du MTS (Madina Tarbaouia Staifia)-club cher au défunt Rabah Chadli, gagnent le vendredi 12 juin 2015, la coupe d’Algérie de Basket Ball. Saluée par les férus de la balle au  panier, la performance des jeunes basketteuses qui ont trimé durant toute une année, loin des projecteurs et sans la moindre aide, est un non événement pour les «élus» ne pouvant mesurer la portée et la signification d’un tel trophée. Celui-ci est la résultante d’un long et pénible labeur. Au lieu de rectifier le tir et honorer comme il se doit, assemblée populaire communale de la ville d’Ain Fouara  pénalise ou plutôt sanctionne, cette dynamique association fonctionnant avec des moyens rudimentaires. Pour étayer ces propos, l’assemblée vient d’octroyer aux 560 basketteurs du MTS (toute catégories confondue) dont 60% sont des filles, une subvention de 5 millions de dinars soit l’équivalent d’une partie des primes de matches d’un des «pros» du budgétivore, emportant tout. La DJS et les services de la wilaya qui n’ont pas fait mieux sont eux aussi responsables d’une discrimination ne disant pas son nom … 

Subventions sportives à Sétif : la discrimination de la commune

16/06/15 - L’assemblée populaire communale de la capitale des hauts plateaux fait non seulement  dans les deux poids deux mesures mais dans la discrimination et l’ostracisme (les mots ne sont pas forts). Notamment quant il s’agit de la distribution de l’argent du contribuable. Ainsi, la dite assemblée trouve l’astuce et le temps pournoffrir une «récompense» de 20 millions DA à l’équipe séniors de l’entente ayant le statut d’une SPA (société par action). Quelques jours après, la dite assemblée oubliant qu’un tel argent est essentiellement destiné aux sports dit «mineurs» ouvre une nouvelle fois la vanne, et ce,  en renflouant les caisses de ce budgétivore d’une importante manne financière. Celle-ci est de l’ordre de 50  millions DA. Ne tombant pas du ciel, ce pactole a été, faut-il le rappeler, déduit du montant réservé à la centain d’associations sportives et culturelles devant se contenter des miettes. Mieux encore, l’assemblée qui fait fausse route, tourne carrément  le dos aux prouesses et performance de ces équipes dépourvues pourtant du strict minimum. Pour l’illustration, le résultat enregistré  par les séniors de l’US Sétif,  bouclant la saison en vice champion d’Algérie pour la première fois dans l’histoire du basket Sétifen est ignoré par la «majestueuse» assemblée qui n’est pas à sa première bourde. Ponctuant leur première saison en super division les séniors dames du MTS, la nouvelle locomotive du sport féminin à Sétif où l’on se rend compte de son existence (le sport féminin s’entend) qu’une fois par an, ne bénéficient d’aucun clin d’œil de l’assemblée. Le sport féminin, le parent pauvre Laquelle préfère dérouler le tapis rouge et offrir un festin et des milliards qu’au budgétivore qui ne se rassasie pas. La condamnable manière de faire des locataires de l’hôtel de ville est pour beaucoup dans le forfait général des volleyeuses de l’Etoile de Sétif. Le manque de moyens financiers  est à l’origine de la disparition de cette équipe, ayant évolué des années durant, en super division. Une telle perte n’a offusqué personne.Avant d’attaquer dimanche dernier les épreuves du BEM, les minimes filles du MTS (Madina Tarbaouia Staifia)-club cher au défunt Rabah Chadli, gagnent le vendredi 12 juin 2015, la coupe d’Algérie de Basket Ball. Saluée par les férus de la balle au  panier, la performance des jeunes basketteuses qui ont trimé durant toute une année, loin des projecteurs et sans la moindre aide, est un non événement pour les «élus» ne pouvant mesurer la portée et la signification d’un tel trophée. Celui-ci est la résultante d’un long et pénible labeur. Au lieu de rectifier le tir et honorer comme il se doit, assemblée populaire communale de la ville d’Ain Fouara  pénalise ou plutôt sanctionne, cette dynamique association fonctionnant avec des moyens rudimentaires. Pour étayer ces propos, l’assemblée vient d’octroyer aux 560 basketteurs du MTS (toute catégories confondue) dont 60% sont des filles, une subvention de 5 millions de dinars soit l’équivalent d’une partie des primes de matches d’un des «pros» du budgétivore, emportant tout. La DJS et les services de la wilaya qui n’ont pas fait mieux sont eux aussi responsables d’une discrimination ne disant pas son nom … 

El Eulma : Des commerçants ferment le marché couvert

15/06/15 - Plus de 200  commerçants  activant à l’intérieur du marché couvert ont procédé hier matin à la fermeture du marché situé au centre ville  en signe de protestation contre leurs conditions de travail et la manière de faire des marchands à la sauvette qui leur empoisonnent  la vie de puis plus d’une décennie. En signe de solidarité avec les protestataires, quelque 300 commerçants activant à l’extérieur et aux alentours du marché ont baissé eux aussi, les rideaux. Une plateforme de revendication comportant plusieurs points a été présentée par leurs représentants. Le manque d’hygiène, l’absence de toilette publique et surtout blocage de l’accès par des camions de livraisons sans oublier la concurrence déloyale exercée quotidiennement par des commerçants de l’informel qui leur occasionnent un incommensurable  manque à gagner, sont les principales réclamations des frondeurs. Il convient de préciser que la fermeture a surpris les citoyens et les habitués des lieux. Alertés, les  services de sécurité sont intervenus pour mettre de l’ordre et disperser les pseudo-commerçants exerçant dans l’illégalité. Les protestataires qui interpellent pour la énième fois les responsables concernés persistent dans leur position jusqu’à la satisfaction de leurs revendications. En attendant qu’une solution rapide soit trouvée à cette situation incommodant la population, et ce, à quelques jours du Ramadhan, les portes du marché restent closes.

Sétif : des mandats suppléent les couffins de ramadhan

14/06/15 - Afin d’aider les familles nécessiteuses et les citoyens aux revenus limités  à faire face aux dépenses du mois de Ramadhan, la commune de Sétif vient de débloquer 100 millions de dinars. En lieu et place du couffin, qui a fait couler beaucoup d’encre, et fait des mécontents parmi les nécessiteux, n’ayant pas vu la couleur de ce panier, 10 000 personnes devront dans les prochains jours recevoir des mandats postaux de 10 000 dinars chacune. L’on apprend que le dossier se trouve actuellement au niveau de la direction de l’administration locale (DAL) pour approbation. Pour bénéficier d’une telle aide, les citoyens ne percevant mensuellement pas plus de 18 000 DA et les familles dans le besoin ont été  conviés à fournir tout  un dossier. En procédant de la sorte, la municipalité met un terme à la contestée distribution du couffin. D’autant plus que cette opération a fait, dans un passé pas lointain, l’objet d’enquêtes des services de sécurité. Pour éviter les détournements des produits alimentaires et le gaspillage de repas chauds, constatés ces dernières années, la municipalité a préféré, cette année,  faire l’impasse sur les restos de la Rahma. Cette opération sera prise en charge exclusivement par des bienfaisants et des associations qui activent dans ce domaine. Selon certaines indiscrétions, celles-ci comptent ouvrir pas moins de 30 restos à Sétif-ville où l’on parle, en outre, d’un grand chapiteau devant servir chaque soir plus de 400 repas. Celui-ci sera installé non loin du Maqam Echahid.    

Chanson sétifienne : Imad Hamzaoui lauréat du festival

13/06/15 - Le jeune Imad Hamzaoui a brillamment remporté, lundi soir à la maison de la culture Houari-Boumediene de Sétif, le 1er prix du 8ème festival culturel local de la musique et de la chanson sétifienne. Son interprétation d’un grand ‘’classique’’ du patrimoine sétifien, ‘’Lomima el hannana nechfili demaâti’’ (douce maman, essuie ma larme’’), n’a laissé indifférent ni le jury ni le public du festival qui lui a réservé une véritable standing-ovation. L’autre moment fort de la soirée de clôture de cette 8ème édition fut, sans conteste, le tour de chant de Fatma Hechaïchi qui, malgré ses 70 ans, émut le public avec son interprétation ‘’a capella’’ d’une complainte sraoui, ce chant puissant qui emplissait les campagnes des Hauts Plateaux pour dire la joie, les réjouissances mais aussi la tristesse, surtout aux alentours du 8 mai 1945 et son lot de larmes, de sang et de déchirements. La soirée de clôture, marquée par la présence d’un public très nombreux autour des autorités locales, a donné lieu au passage sur scène de plusieurs artistes parmi lesquels Tchier Abdelghani, auteur du célèbre ‘’tube’’ dédié à l’Entente sétifienne, ‘’Ya Sid El Khier ou Amer Lahrar’’. Ouverte le 3 juin dernier, la manifestation, qui a également donné lieu à une exposition de photographies du regretté Samir Belkheir, alias Samir Staïfi, avait été ouverte par un tour de chant de l’autre icône de la chanson sétifienne, Bekakchi El Khier.

Copyright © 2004/2011 presse.algerieinfo.be .......