PUB Ads

setif INFO Journal setif INFO Journal

 

Algerieinfo.be  Presse dz24.info » Setif
Actualite Sports Politique sante economie Guidedz

Sétif : Saisie de 103 kg de kif et 27 tonnes de tabac à chiquer

13/12/14 - Plus d’un quintal de kif traité a été récupéré, la semaine dernière, dans deux opérations distinctes, par les éléments de la gendarmerie de la brigade d’Aïn-Arnat, relevant du groupement de la wilaya de Sétif. En effet, selon le commandement de la gendarmerie nationale, une quantité de drogue estimée à 5.76 kilogrammes a été récupérée jeudi sur la rive du barrage d’Aïn-Zada,  de la même commune. Elle a été précédée par une autre plus importante composée de 97 kilogrammes de kif traité enfouis sous terre, retrouvée cinq jours auparavant, au même endroit par les éléments  de la gendarmerie de la même unité. Par ailleurs, les éléments de la gendarmerie de la brigade de la commune de Guijel (Sétif) ont découvert, en fin de cette semaine, un atelier clandestin de fabrication de tabac à chiquer. Outre l’arrestation de six personnes, les gendarmes ont saisi 27 tonnes de tabac à chiquer et une machine servant à son conditionnement dans les sachets. Informé, le Procureur de la République près le tribunal  de Aïn-Oulmène a prescrit l’ouverture d’une enquête et la remise de la marchandise aux services des domaines  de la wilaya de Sétif.  

Sétif : et revoilà le manteau blanc

09/12/14 - Le froid sec et très vif qui sévit depuis  deux ou trois jours à Sétif, généralement annonciateur de neige dans cette région,  a mis sa "menace" à exécution puisque un épais manteau blanc recouvre la capitale  des Hauts Plateaux et ses environs depuis le milieu de la matinée de mardi.  La bruine accompagnée de petites rafales de vent du nord, El Bahri comme  on l'appelle ici, a laissé place, dès 10 h 30, à de gros flocons qui n'ont pas  tardé à recouvrir rues, trottoirs, arbres et toitures des maisons, à la grande  joie des enfants que le spectacle de la poudreuse rend toujours heureux.          Selon un responsable de la station météorologique basée à l'aéroport  d'Ain Arnat, Kamel Boulahia, les chutes de neige qui s'abattent sur "toute  la wilaya de Sétif", devraient s'intensifier et perdurer "au moins jusqu'à  l'après-midi de jeudi".          Sur les hauteurs de cette wilaya, en particulier sur le mont Meghriss  qui culmine à près de 1.800 m d'altitude et sur le col de Tikerkar (Babor),  l'épaisseur de la neige devrait dépasser les 15 ou 20 cm, selon M.Boulahia  qui a précisé que la température, actuellement de 1 degré devrait atteindre  moins 4 degrés la nuit prochaine avec des vents soufflant à 80 km par heure.

Sétif : La SDE traque les mauvais payeurs

09/12/14 - Pour pouvoir récupérer ses créances s’élevant à plus de 570 millions de dinars, la direction de distribution de l’électricité et gaz (SDE) de Sétif opte pour la solution extrême, à savoir la coupure pure et simple de l’alimentation en énergie. Avant de passer à un tel palier, la SDE a, selon son chargé de la communication, Khalil Hedna, mis en demeure les mauvais payeurs qui n’ont pas donné suite aux réclamations de leur fournisseur en énergie. «La SDE est avant tout une société commerciale. Dans un premier temps, nous avons essayé de recouvrer nos créances  à l’amiable. Des échéanciers ont été proposés à nos clients qui n’ont pas pour certains d’entre eux, voulu honorer leurs redevances. Pour les pousser à revenir à de meilleurs sentiments, nous avons transmis des mises en demeure qui n’ont, malheureusement pas donné les résultats escomptés.» nous a expliqué notre source.  Devant cette situation la SDE a décidé donc, la direction qui est tenue par non seulement, l’obligation de résultats mais la préservation de l’outil de travail et la bonne gestion de ce bien public, était dans l’obligation d’aller vers une solution extrême. Une opération de coupure en alimentation électrique et gaz a été entamée  pour pas moins d’un millier de foyers qui seront privés de l’énergie à défaut de payement de leurs factures de consommation. Il faut savoir qu’il s’agit des abonnés qui n’ont pas réglé leurs factures totalisant un montant estimé à 570 millions de dinars (soit 57 milliards de centimes). Des abonnés de Sétif et Bougaâ, sont concernés par cette mesure. «Cette action ne s’arrête pas là, elle sera  généralisée à toutes nos agences commerciales.» affirme le responsable de la communication de la Direction de Distribution de Sétif, décidée plus que jamais à recouvrer ses créances.

Sétif : Le 9ème salon national du bâtiment s?ouvre aujourd?hui

08/12/14 - La 9e édition du salon national du bâtiment et de la construction, « Sétifbat 2014 », ouvrira ses portes aujourd’hui à la salle d’exposition d’El Maabouda de la capitale des hauts plateaux. Organisée par la société Batimatec Expo, en partenariat avec la wilaya de Sétif et la société algérienne des foires et exportation Safex, la manifestation qui se pérennise, verra la participation d’une centaine d’entreprises des secteurs de la production des matériaux de construction, les cimenteries, et des équipements du bâtiment, des travaux publics et de l’hydraulique (BTPH). Se positionnant comme un véritable carrefour d’affaires dans la région Est du pays, la manifestation est aussi, le forum adéquat pour les professionnels du secteur. Durant donc quatre jours, l’antique Sitifis abritera l’une des plus importantes manifestations économiques de fin d’année, une opportunité pour les professionnels afin d’échanger les expériences et de se concerter. En marge de l’événement majeur, des conférences thématiques seront animées par le conseil de l’ordre des architectes (CLOA) de la wilaya de Sétif élargi aux architectes des wilayas limitrophes. Une journée technique inhérente aux techniques et démonstrations d’application sur les peintures décoratives est à l’ordre du jour de la manifestation qui sera en outre marquée par des rencontres B to B, (Business to Business).

Accident de la circulation : 1 mort et 96 blessés en un mois

08/12/14 - Les services de la sûreté de la wilaya de Sétif ont enregistré durant le mois de novembre écoulé, 82 accidents occasionnant 1 décès et 96 blessés. Les causes principales de cette hécatombe qui n’en finit plus, malgré les multiples compagnes de sensibilisation, sont dues à 85.36%, au facteur humain, 07.31% à l’état du véhicule et 07.31% sont liées à l’environnement. Signalons par ailleurs que 2338 procès verbaux ont été établis pour infraction au code de la route. La verbalisation de nombreux chauffeurs imprudents a été accompagnée par le retrait de 468 permis de conduire. Pour diverses raisons, 45 véhicules ont été placées à la fourrière. En mauvais état et menaçant la vie de leur utilisateurs, 28 autres ont  fait l’objet d’une immobilisation.                     

Avec son riche patrimoine : Sétif s?invite chez les chaouis

08/12/14 - Après la wilaya de Laghouat, c’est Sétif qui s’invite à Oum El Bouaghi pour faire connaître les différentes facettes de sa culture. Accueilli au sein de la maison Nouar Boubakeur, les représentants de la wilaya de Sétif ont amené dans leurs valises tout ce qui a trait à leur patrimoine culturel et aussi artistique. Les stands de la maison de la culture sont occupés par différentes expositions que les visiteurs se font un plaisir de parcourir. Sétif en tant que grande wilaya des hauts plateaux dispose d’un riche patrimoine artistique, notamment la chanson du terroir dont elle se distingue d’aussi belle manière. C’est ce qui fait affluer les spectateurs à la salle polyvalente où se relayent chaque soir troupes folkloriques et théâtrales. Ce qu’il faut relever cependant c’est une grande ressemblance entre la chanson chaouie et celle de Sétif, même si les sujets abordés sont parfois différents. Quoi qu’il en soit, cet échange entre les deux wilayas est une bouffée d’oxygène en cette période de disette culturelle. En parallèle aux journées culturelles de Sétif, un éditeur de la même wilaya a organisé une exposition de livres qui se tient dans les nouveaux halls de la maison de la culture. L’éditeur, dans son souci de toucher le plus grand nombre de gens, a diversifié ses collections. On trouve aussi bien des livres littéraires que des ouvrages parascolaires, lesquels intéressent en particulier les collégiens et les lycéens. A remarquer aussi tout un rayon occupé par les romans de la célèbre romancière Agatha Christie, des romans traduits en arabe, comme «le crime de l’Orient express», «Pas d’orchidée pour miss blandish»... Nombre de citoyens habitant d’autres localités de la wilaya d’Oum El Bouaghi se sentent frustrés en matière de culture, car ils ne comprennent pas pourquoi les responsables du secteur ne leur prêtent aucune attention. «Toutes les activités culturelles et artistiques se déroulent au chef-lieu de wilaya, déplore un citoyen venu de la région.» Pour lui comme pour d’autres, l’occasion est propice pour que la direction de la culture leur fasse découvrir les trésors du patrimoine des autres wilayas, ne serait-ce que par des mini expositions. Ce qui les soustrairait à la morosité ambiante d’un quotidien uniforme et insipide.

Un véritable cauchemar pour les riverains

07/12/14 - Pour être écoutés, ils ont même manifesté en bloquant la route. Les riverains de la décharge publique de mechta R’hamna, située à quelques encablures à la sortie nord de la ville d’El-Eulma, étouffent sous les effets nocifs des fumées et des odeurs nauséabondes qui empestent l’atmosphère à des kilomètres à la ronde. Leur vie est devenue selon leur représentant un véritable cauchemar voire un calvaire insupportable. Cette situation perdure malheureusement et ne semble pas connaitre d’amélioration, selon notre interlocuteur, en dépit de quelques aménagements opérés au niveau de cette immense décharge. Celle-ci reçoit quotidiennement les déchets et les ordures ménagères de l’ensemble de la daïra d’El-Eulma. Il convient de noter que les riverains subissent de plein fouet tous les effets de la décharge au point où ils sont obligés de garder de jour comme de nuit, portes et fenêtres closes notamment lorsqu’il y a du vent. Ce problème qui leur empoisonne la vie depuis des années déjà a été soulevé à plusieurs reprises par les citoyens. Pour être écoutés, ils ont même bloqué la route,  en vain. A mechta R’hamna il n’y a pas que les riverains qui souffrent au quotidien, les retombées sur l’environnement sont dramatiques. Les sachets et autres déchets sont partout donnant une image sale et repoussante à cette localité à vocation agricole. En l’absence d’un centre d’enfouissement technique (CET), le problème restera posé. Les riverains qui ne cessent de dénoncer la gestion désastreuse de ce volet continuent de subir les aléas de la décharge avec les effets que cela engendre sur leur santé et leur bien être.                              

Joan A. Polaschik intéressée par le centre anti-cancer et l?Ecole nationale des sports olympiques

07/12/14 - L’ambassadeur des Etats Unis à Alger, Mme Joan A. Polaschik, a visité samedi le centre anti-cancer et l’Ecole nationale des sports olympiques (ENSO) de Sétif dont elle s’est vivement intéressée aux installations et aux équipements. Au CAC, opérationnel depuis quelques mois seulement, Mme Polaschik a reçu de la part des responsables de cette infrastructure, des explications détaillées sur le fonctionnement des appareils, notamment des accélérateurs de dernière génération de conception américaine. Le CAC de Sétif, troisième du genre à l’échelle nationale, prodigue des soins spécialisés à des patients des wilayas de Sétif, de Bordj Bou Arreridj, de M’sila et de Bejaia, lui a notamment expliqué le Pr. Mokhtar Hamdi-Cherif, président de l’association «Nour» d’aide aux malades du cancer. Mme Polaschik a inspecté les différents pavillons (diagnostic, admission et radiothérapie) de cet établissement équipé de trois accélérateurs linéaires, dont deux sont en service avec une capacité de 80 patients pour chaque appareil. L’ambassadeur des Etats Unis s’est également rendue, non loin de là, à la Maison d’accueil des patients et de leurs parents, appelée Dar Es-Sabr, où elle a également montré un vif intérêt pour cette structure et son rôle dans la prise en charge psychologique des malades et de leurs proches. Mme Polaschik s’est dite «fière» des relations entretenues entre des associations de son pays et des associations algériennes, notamment avec l’association «Nour», initiatrice de cette structure aérée, accueillante, aux couleurs très recherchées et équipée de chambres confortables, d’un restaurant et de plusieurs équipements de jeux et de loisirs pour les enfants malades suivant un traitement au CAC. L’ambassadeur a ensuite visité l’Ecole nationale des sports Olympiques où elle a rencontré les staffs dirigeant et technique ainsi que les joueurs de l’ES Sétif qui s’apprêtent à disputer, dans quelques jours au Maroc, la coupe du monde de football. Rencontre avec les joueurs de l’ Entente  Mme Polaschik a indiqué, à cette occasion, dans une déclaration à l’APS, que c’était pour elle un «grand honneur» de rencontrer la grande famille de l’Entente de Sétif. «Tout le monde connait aujourd’hui la valeur du football algérien qui,  à travers son équipe nationale durant la dernière coupe du monde au Brésil, a su montrer sa force», a souligné le chef de la mission diplomatique des Etats Unis en Algérie. «Des amis américains qui ne pouvaient pas trouver l’Algérie sur une carte ont suivi les exploits de l’équipe nationale algérienne», a poursuivi Mme Polaschik, faisant part, après avoir souhaité bonne chance aux footballeurs  sétifiens à la veille de leur départ pour le Maroc, de sa «certitude» que l’ESS va «jouer (en coupe du monde) avec la même force, les mêmes vertus et la même détermination». L’ambassadeur des USA à Alger a également assisté dans un hôtel de la ville, aux côtés du wali de Sétif, M. Mohamed Bouderbali, à une cérémonie de remise de diplômes aux lauréats d’une école privée dispensant des cours d’anglais dans le cadre d’un programme de coopération et de partenariat algéro-américain.  

Un document «inexistant» exigé aux invalides

04/12/14 - Les invalides de la guerre de libération  nationale à Sétif sont totalement désorientés face à une bureaucratie qui continue de leur empoisonner la vie. En effet, pour l’acquisition d’un véhicule neuf auprès d’un concessionnaire ils sont tenus de présenter tout un dossier dont une fiche individuelle d’état civil. Malheureusement pour eux, cette pièce est refusée au niveau des services de la douane qui leur demande une attestation de vie. Or ce document  n’est plus fourni  au service de l’état civil. C’est un véritable casse-tête pour ces citoyens qui ne savent plus quoi faire pour sortir de cet imbroglio au moment où leurs dossiers sont toujours en souffrance. S’expliquant mal cette anachronique situation, les anciens qui méritent plus d’égards crient non seulement leur courroux mais demandent l’intervention des responsables concernés  pour qu’ils mettent un terme à ces dépassements s’apparentant à de l’excès de zèle…

Marchés couverts de Sétif : L?hygiène à vau-l?eau

04/12/14 - N’ayant d’espace commercial  que le nom, ces endroits où  l’hygiène est  totalement absente, présentent un danger pour la santé du consommateur. Une  virée dans les principaux  marchés de la capitale des hauts plateaux nous montre que la situation est à la fois désastreuse et catastrophique. L’insalubrité, l’insécurité, et le désordre total, règnent dans ces espaces, fréquentés  quotidiennement par des milliers de clients. A l’entrée principale du marché Abacha Amar, un décor affligeant vous accueille. Des montagnes de déchets, dégageant des odeurs nauséabondes agressent les usagers. Des commerçants à la sauvette, exposent leurs marchandises anarchiquement sur des étals crasseux, occupent illégalement différents points du Souk où l’hygiène est aux abonnés absents depuis belle lurette. A l’intérieur où  des cagettes gênent non seulement la circulation mais obstruent les allées du marché, la désolation  a  atteint son paroxysme. Des restes des fruits et légumes,  jetés ici et là, transforment  les lieux en une grande poubelle à ciel ouvert. La situation n’est guère reluisante au niveau du «Souk» des 1040 logements et du marché couvert, situé au cœur de la cité. Cet  espace  a, faut –il le rappeler, bénéficié dans un passé pas lointain,  d’une opération de réhabilitation. Au vu de l’état des lieux, celle-ci n’a pas donné les résultats escomptés. N’ayant d’espace commercial que le nom, ces endroits où l’hygiène est totalement absente présentent un danger pour la santé du consommateur. On y trouve des denrées alimentaires exposées à même le sol. Même les règles élémentaires  d’exposition et de conservation de certains produits alimentaires périssables sont bafouées par les occupants des lieux. «Ces endroits où la santé du citoyen est en péril, ont besoin d’une énorme remise à niveau» regrette amèrement  un client «Ici  tout est disponible, sauf, la propreté». Fort de l’impunité certains commerçants qui se plaisent à travailler au milieu de la crasse, transforment l’espace en une décharge publique. Les vendeurs jettent, non seulement les emballages de leurs marchandises n’importent où, mais  ne daignent même pas ramasser les ordures générées tout au long de la journée. La santé du consommateur menacée Un rappel à l’ordre devant être suivi le cas échant et une forte verbalisation s’impose. N’étant pas exempts de tout reproche, les boucheries baignent dans «le rouge». «Sous d’autres cieux où le client est roi, une boucherie ressemble à un  laboratoire où le blanc trône en maitre» tonnent  des  habitués  du marché couvert. Contactés pour connaitre la position des consommateurs, le président de l’association de promotion de la qualité et de la protection des consommateurs(APQPC) de Sétif, Azzedine Chenafa s’indigne : «On doit couvrir le soleil par un tamis, ces lieux ne sont pas fonctionnels. Les responsables concernés doivent se pencher sur ce dossier car il y va de la santé de nos concitoyens. On doit mettre un terme à l’anarchie régnant dans ces endroits où les marchands se sont accaparés une bonne partie des allées. La révision du dispositif de sécur N’ayant d’espace commercial  que le nom, ces endroits où  l’hygiène est  totalement absente, présentent un danger pour la santé du consommateur. Une  virée dans les principaux  marchés de la capitale des hauts plateaux nous montre que la situation est à la fois désastreuse et catastrophique. L’insalubrité, l’insécurité, et le désordre total, règnent dans ces espaces, fréquentés  quotidiennement par des milliers de clients. A l’entrée principale du marché Abacha Amar, un décor affligeant vous accueille. Des montagnes de déchets, dégageant des odeurs nauséabondes agressent les usagers. Des commerçants à la sauvette, exposent leurs marchandises anarchiquement sur des étals crasseux, occupent illégalement différents points du Souk où l’hygiène est aux abonnés absents depuis belle lurette. A l’intérieur où  des cagettes gênent non seulement la circulation mais obstruent les allées du marché, la désolation  a  atteint son paroxysme. Des restes des fruits et légumes,  jetés ici et là, transforment  les lieux en une grande poubelle à ciel ouvert. La situation n’est guère reluisante au niveau du «Souk» des 1040 logements et du marché couvert, situé au cœur de la cité. Cet  espace  a, faut –il le rappeler, bénéficié dans un passé pas lointain,  d’une opération de réhabilitation. Au vu de l’état des lieux, celle-ci n’a pas donné les résultats escomptés. N’ayant d’espace commercial que le nom, ces endroits où l’hygiène est totalement absente présentent un danger pour la santé du consommateur. On y trouve des denrées alimentaires exposées ité est à revoir. Une grande opération de dératisation s’impose tout comme le contrôle de l’eau utilisée par des marchands qui imposent leur loi».  

Copyright © 2004/2011 presse.algerieinfo.be .......