PUB Ads

setif INFO Journal setif INFO Journal

 

Algerieinfo.be  Actualite Sports Politique sante economie » Category: » Setif
Guide-dz.com

Sétif : La municipalité transformée en «caisse de prévoyance»

02/08/15 - Pour diverses raisons, la commune de la capitale des Hauts-Plateaux, l’une des plus importantes du pays, fait  du surplace. Pour étayer ces propos, la consommation des crédits alloués au chapitre «équipement et investissements» n’a pas dépassé, au titre de l’année 2014, les 14,53%. Sur les 672  milliards de centimes alloués, le chapitre précité  n’a consommé que 118 milliards de. A titre indicatif, le volet urbanisme et aménagement urbain a atteint un taux de 18,41%. Le réseau routier, dont une très grande partie se trouve dans un piteux état, boucle l’exercice avec un taux de consommation de 23,93%. Avec 6,78%, les équipements scolaires, sportifs et culturels ferment la marche. A noter que le chapitre «gestion» a consommé 625 milliards sur les 633  alloués. Pour rappel, le budget global de la ville de Aïn El Fouara au titre de l’exercice précédent dépassait les 1300 milliards de centimes. Afin d’expliquer ou de justifier le faible taux de consommation des crédits «équipement et investissements»,  des locataires de l’hôtel de ville pointent du doigt le contrôleur financier qui aurait mis, selon eux, des mois pour viser des situations de plus de 76 milliards de centimes. «Faute de visa du contrôleur financier, on n’a pas pu remettre en marche 30 camions de ramassage des ordures ménagères. Une telle situation s’est répercutée négativement sur le cadre de vie du citoyen. Posant de sérieux problèmes au plan d’action de l’Assemblée populaire communale,  ces entraves bureaucratiques risquent, en perdurant,  de donner un autre coup de massue au taux de consommation des crédits. Avec de telles pratiques on veut faire de la municipalité une caisse de prévoyance. Pour mettre un terme à un diktat ne disant pas son nom, l’intervention du ministère des Finances devant placer les contrôleurs financiers en charge des dossiers des collectivités locales sous l’autorité des walis, est une urgence absolue», nous ont confié sous le sceau de l’anonymat des élus de la commune de Sétif, confrontée à moult problèmes.    

Sétif : Des éboueurs aux abonnés absents

26/07/15 - Citée en exemple dans un passé pas lointain, la ville de Sétif n’est plus, qu’on le veuille ou non, propre. Des amas de déchets et détritus jonchent à longueur de journée boulevards, rues et ruelles du centre et de la périphérie d’une agglomération à l’agonie. L’incivisme de ses habitants, les autres principaux responsables de cette descente aux enfers et le forfait de certains éboueurs, zappant de nombreux quartiers «inondés» par un tas de déchets et d’ordures diverses, ont donné le coup de massue à un décor pas beau à voir. Ne datant pas d’hier, la situation s’est accentuée durant le mois de Ramadhan, durant lequel les éboueurs de bon nombre de quartiers se sont inscrits aux abonnées absents, au grand dam des occupants des lieux, s’expliquant mal une telle défection. «Le manque de contrôle des éboueurs travaillant à leur guise est à l’origine de cette intenable situation. Les responsables de la municipalité qu’on ne voit plus sur le terrain doivent réagir.  Dans certains endroits d’une ville abandonnée à un triste sort, l’insalubrité a atteint un seuil intolérable en cette période de grandes chaleurs», tonnent des citoyens de nombreuses cités dortoirs, où l’hygiène fait défaut. Alertés par nos soins, les élus de la municipalité qui ont pourtant promis de prendre des mesures, n’ont rien fait. Bien au contraire, la situation s’empire de jour en jour. Comme un malheur n’arrive jamais seul, le ramassage des ordures ménagères fait encore et toujours parler de lui. Pour se dédouaner, les locataires de l’hôtel de ville font une nouvelle fois sortir l’eternel refrain des 30 camions en panne, et l’histoire du contrôleur financier bloquant le dossier des pièces de rechange de leur parc roulant. Gavé par un tel discours, le citoyen lambda demeure dubitatif face à la déchéance d’une ville jetée en pâture.  

Repeuplement des barrages de MILA : la lâchers de milliers d?alevins

26/07/15 - l’antenne de pêche continentale de mila a procédé, jeudi, au repeuplement en poissons d’eau douce des trois barrages de la wilaya. Plus de 200 000 alevins de carpes chinoises ont été, en effet, ensemencés dans les barrages de beni haroun, de sidi khelifa et de hammam grouz, avons-nous appris auprès de ahmed bendjadou, directeur du secteur. «l’opération entre dans le cadre de la campagne nationale de peuplement et de repeuplement des barrages», précise notre source qui souligne : «le lac de beni haroun a bénéficié de 100 000 alevins, alors que les deux autres lacs, de moindre étendue, ont été repeuplés de 50 000 unités chacun» selon notre interlocuteur, ces opérations ponctuelles de repeuplement des retenues d’eau ont de multiples objectifs, dont «la pérennisation des ressources halieutiques, l’augmentation de la production et la préservation des postes d’emploi». Signalons au passage que le secteur de la pêche continentale à mila a accordé 14 concessions de pêche à de petites entreprises spécialisées, dont une dizaine est déjà en activité. des entités qui ont réalisé des chiffres respectables en matière de prises en dépassant, en 2014, le cap des 630 tonnes de carpes pêchées au niveau des trois lacs. importés de l’écloserie zaïri de sétif, ces alevins (poissons âgés de quelques jours) peuvent atteindre le poids de deux kilo en l’espace de quarante jours, précise-ton, et atteindre les 50 kilo à l’âge adulte. «l’un des pêcheurs de la commune de sidi merouane a pris dernièrement une carpe d’une taille de 1,40m et d’un poids de 48,8 kg», affirme bendjadou. rappelons que la plus récente opération de repeuplement du lac de beni haroun remonte au mois de mai dernier, où 4000 jeunes carpes argentées ont été lâchées dans le barrage dans le cadre de l’opération baptisée «ports et barrages bleus» initiée par le ministère des ressources hydrauliques.  

Hôtel De France de Sétif : La réhabilitation confiée aux Turcs

25/07/15 - Construit dans les années 1920, l’hôtel de France qui a été cédé à l’entente devant l’exploiter pour diversifier ses sources de financement constituée essentiellement des subventions publiques et des apports de quelques sponsors, sera nous dit-on réhabilité par la société turc Yapi-Merksi en charge de la réalisation du tramway de Sétif dont les travaux avancent normalement. Une telle opération rentre,nous dit-on dans le cadre des mesures d’accompagnement du dit projet dont le cout est de 38 milliards de dinars (380 millions d’Euros). Selon certaines indiscrétions, l’opération qui consistera en l’aménagement et équipement de  l’établissement situé au cœur de la ville, a été débattue et conclue à l’issue de l’audience accordée dernièrement par la wali de Sétif au PDG de Yapi Merkesi. Avec ses 30 chambres répartis sur trois étages, l’établissement qui est doté d’un grand restaurant, d’une buvette et d’autres structures, sera une fois mis en service, une importante source de financement  pour le  club phare de la ville d’Ain Fouara. Ce dernier va en outre économiser les 100 millions de dinars qui allaient être injectés  dans l’opération.                                                                            

Sétif : Des enseignants recrutés puis licenciés?.

23/07/15 - Après avoir passé avec succès le concours de recrutement organisé par la direction de l’éducation de Sétif en juin 2014, de jeunes universitaires rejoignent en début d’année scolaire 2014/2015 leur poste de travail. N’ayant commis aucune faute professionnelle ou autre, les nouveaux enseignants qui se préparaient sans nul doute à passer leur examen de titularisation seront, huit mois après de bons et loyaux services, «remerciés». Suite à la correspondance de l’inspection de la Fonction publique (1420/2015 du 21 avril 2015) demandant à la direction de l’éducation de Sétif (DE) la révision de la décision d’affectation des nouvelles recrues (6 cas, nous dit-on ), celle-ci (la DE s’entend), met fin aux fonctions de ces fonctionnaires le 22 avril 2015. Les congédiés dont les dossiers ont été au préalable  visés par aussi bien la Fonction publique que par le contrôleur financier, n’ont eu droit à aucun motif écrit. Surpris par la mesure qui leur a occasionné un incommensurable préjudice moral, les exclus tentent d’avoir des explications convaincantes,  en vain : «Les responsables de la direction de l’éducation et de l’inspection de la Fonction publique qui n’ont pas mesuré les conséquences d’une telle décision se rejettent la balle. On n’a rien fait pour être renvoyés de la sorte. Pour se dédouaner, nos interlocuteurs ressortent une prétendue surévaluation de nos diplômes. Dire que  nos dossiers ont été vérifiés et étudiés  a priori et a posteriori par des commissions des deux institutions. On n’a donc pas à payer à la place de l’administration qui ne veut pas assumer. Nous sollicitons l’intervention de Madame la ministre de l’Education nationale pour non seulement nous rétablir dans nos droits, mais aussi pour mettre un terme à ces dépassements…», diront non sans colère les évincés qui ne veulent pas lâcher prise. Embarrassés par une telle affaire, des responsables des services du personnel et des examens de la direction de l’éducation de Sétif  cafouillent : «Nous avons appliqué les directives de la Fonction publique qui venait de boucler le deuxième contrôle a posteriori. Les licenciés peuvent faire appel à l’arbitrage du tribunal administratif. S’ils obtiennent gain de cause, ils seront réintégrés.»

Sétif : Le festival de Djemila maintenu

22/07/15 - La 11e édition du festival arabe de Djemila qui se pérennise désormais aura bel et bien lieu. Selon certaines indiscrétions, la manifestation se déroulera du 13 au 23 Août prochain. Les informations faisant état d’un éventuel report ou annulation s’avèrent infondées au grand bonheur des mélomanes devant vibrer aux sons et rythmes de la chanson arabe d’ici et d’ailleurs, des jours durant. Cependant, le programme final de la manifestation devant composer avec l’actualité politique du monde arabe n’est toujours pas établi par l’office national de l’information et de la culture (ONCI) en charge de l’organisation de l’activité. Pour avoir d’amples informations, nous avons pris attache avec le directeur de la culture de la wilaya de Sétif, pas mieux informé : «le placement de la scène et le programme de la manifestation seront déterminés lors de la réunion prévue la semaine prochaine au siège de la wilaya, en présence du premier responsable de l’ONCI devant une nouvelle compter sur la contribution de la wilaya qui ne lésine pas». D’après nos sources, l’Office faisant face à l’augmentation des cachets et des frais de transport aurait conclu un accord avec certaines stars qui se produiront pour la première fois à l’intérieur de l’ex-Cuicul où les vestiges des anciennes civilisations  n’ont pas pris une seul ride. 

Sétif : Des excursions vers le littoral pour des milliers d?enfants

21/07/15 - Inscrites dans le cadre du «Plan bleu» qui sera lancé, dimanche prochain, 26 juillet en cours, 444 excursions sont programmées vers les plages des wilayas de Bejaia, Jijel, Boumerdès et Skikda, selon l’Office des établissements de jeunesse (ODEJ) de Sétif. Ce sont plus de 22 000 jeunes des différentes régions de la wilaya de Sétif qui bénéficieront durant cet été d’excursions vers plusieurs plages du pays. Cinq cents cinquante (550) enfants âgés entre 8 et 14 ans sont inscrits au programme des centres de vacances et des loisirs, placé sous la tutelle du ministère de la Jeunesse et des sports, a indiqué le directeur de colonies de vacances, précisant que chaque groupe bénéficiera d’un séjour de 15 jours dans les wilayas d’Alger, d’Oran et de Jijel. Dans le cadre du programme «Les colonies des jeunes volontaires», organisées par la ligue des activités de plein air et des loisirs, 500 autres jeunes partiront vers les plages de Collo, selon l’information rapportée par l’Aps. Ces programmes qui prennent en charge les enfants et les jeunes durant les vacances et leur permettre des «escapades» vers les différentes plages du pays, s’inscrivent dans une stratégie de l’ancrage de la culture de la citoyenneté.

Un fléau qui cause désormais des drames

20/07/15 - Les auteurs du crime perpétré, mercredi dernier, au centre-ville d’El Eulma à la veille de la fête de l’Aïd à l’encontre de la victime K.M., ont été identifiés et appréhendés par les services de sécurité. Il en a été de même pour le meurtrier du jeune H. A. Les mis en cause dans ces deux crimes, qui ont jeté l’émoi parmi la population, seront déférés devant le parquet d’El Eulma. Une ville où l’informel fait des ravages. Ainsi, la deuxième agglomération de la wilaya de Sétif est devenue un véritable souk. La situation s’est aggravée durant ces deux dernières années avec l’apparition d’une multitude de commerces sauvages, de vendeurs de circonstances et surtout des marchands ambulants des fruits et légumes qui, dès les premières heures de la journée, prennent possession de la voie publique et des entrées des mosquées. Sur des étalages de fortune, ces vendeurs exposent leurs marchandises dans des conditions d’hygiène déplorables. Ils n’étaient visibles auparavant qu’à proximité de l’ex-Souk N’sa et la Place de la révolution uniquement. Puis ces «commerces» ont gagné progressivement l’ensemble de la ville plus particulièrement  le quartier Dubai, la cité Bellaâla et le centre-ville près de la mosquée Messaoud Zeghar qu’ils ont totalement conquise, provoquant ainsi d’innombrables problèmes avec les riverains. Ces indus occupants de la chaussée, dont certains avaient pourtant bénéficié de locaux commerciaux, continuent leur manège sous prétexte que leurs locaux ne sont pas rentables en raison de leur isolement. Une telle pratique indispose les commerçants légaux. Ces derniers se sont plaints à maintes reprises de la concurrence déloyale et des encombrements que provoquent ces vendeurs à l’entrée de leurs magasins. Très agressifs, ces nouveaux «barons» sont capables de tout. Ces apprentis sorciers sont malheureusement encouragés dans leur vile besogne par une clientèle incrédule acceptant avec le sourire d’être bernée au quotidien. Ayant pris ces derniers temps des proportions inquiétantes, ce phénomène représente un danger pour la sécurité et la quiétude des citoyens. La gestion anarchique par l’APC de quelques rares espaces transformés en bauge par ces vendeurs n’est pas faite pour arranger les choses. Un coup de pied dans la fourmilière reste le souhait de la population pour éradiquer définitivement ce phénomène. Le dernier drame doit donner à réfléchir aux responsables concernés.                                            

Sétif : Fin de Ramadhan sanglante

19/07/15 - Du côté des hauts plateaux sétifiens, la fin du mois sacré a été émaillée par des crimes et la recrudescence du banditisme. Ainsi, la ville d’El Eulma a été ébranlée par deux homicides ayant fait deux victimes âgées de 13 et 32 ans et de nombreux blessés. Le premier crime s’est produit mercredi aux environs de 17h30, quand  un homme  âgé de 32 ans, père de deux enfants, accompagné de sa mère, a été pris à partie par des vendeurs à la sauvette de fruits et légumes au moment où il s’apprêtait à garer son véhicule devant sa maison. Les «marchands» qui  ne voulaient  pas lui céder le passage l’ont sauvagement agressé. Sa mère  n’a pas échappé quant à elle à la furie de ces énergumènes qui se sont approprié trottoirs et rue. Venu au secours de son frère, un jeune homme  a été  roué de coups avant d’être  abandonné à l’entrée de la mosquée Messaoud Zeghar, située au cœur de l’agglomération où l’informel impose sa loi et ses règles. Transportés à l’hôpital Saroub El Khatir, le frère ainé décède des suites de ses graves blessures. Sa mère est dans le coma alors que son jeune frère se trouve dans un état critique. Le deuxième drame s’est produit jeudi aux environs de 22h30 au niveau de la cité Goutali, où une dispute fait un mort de 13 ans, tué par un autre garçon de 14 ans, et ce, à l’aide d’un tournevis. Auparavant, un automobiliste de 63 ans, père de 8 enfants exerçant comme taxieur clandestin a été agressé par trois  pseudos-clients. La victime a été délestée de ses biens et de son véhicule  après avoir subi  plus de 60 coups de couteaux dans les différentes parties du corps. Transporté à l’hôpital dans un grave état, le conducteur a survécu par miracle à cette agression. Notons par ailleurs que le chef lieu de wilaya n’a été épargné par les agressions et les actes de banditisme. En fin de semaine dernière, un véhicule  de marque Chevrolet se «volatilise» à la cité des tours, juste après la rupture du jeûne. A la veille de l’Aïd, un bijoutier de la cité des combattants est sauvagement agressé par des inconnus qui arrivent à emporter avec eux un «butin» d’une valeur de plus 80 millions de centimes. Au centre ville, la tentative d’un voleur qui a réussi à blesser un vendeur de téléphones portables a été capotée  par  des citoyens qui arrivent à le museler avant de le livrer aux policiers en patrouille dans les parages...

Bac à Sétif : Des résultats tronqués

14/07/15 - Les résultats du baccalauréat de la session juin 2015 dans la wilaya de Sétif ont permis à 19137 candidats  sur les 32473 inscrits de décrocher leur sésame d’entrée à l’université, soit un taux de réussite de 58,93%. Ce résultat dépasse de plus de sept points, la moyenne nationale de 51,36%. Il convient  de préciser que la récolte de cette année devance de plus de six points, le résultat de 2014  ponctué par un taux de réussite de  52,59%. Avec un taux de 77,44%, le lycée du 20 août 1955 de Boutaleb s’est adjugé la première place. Selon les bribes d’informations distillées au compte-gouttes par la direction de l’éducation (DE) qui n’a pas voulu communiquer les résultats par filières, on nous informe que quatre candidats ont réalisé de très bonnes performances. Ainsi, Tarbouche Hacene, du lycée Belmadani d’Aïn Oulmène, a obtenu une moyenne de 18,41/20, Sellami Abdeldjabar (lycée Belmadanid’Aïn Oulmène) vient en seconde position avec une moyenne de 18,15/20, Abassene Younes (lycée Malika Gaïd de Sétif) se classe 3ème avec 18,07/20 et AlicheYousra Maïssa (lycée El Mouiz de Sétif) boucle le cycle du secondaire avec l’honorable moyenne de 18,05/20. D’après le laconique communiqué de la DE, 280 candidats de la wilaya ont obtenu des moyennes comprises entre 16,99et 17,99/20. Dans le but d’avoir des informations concernant les candidats libres, le taux de réussite des filles et des garçons, ainsi que les performances des candidats des différentes filières, nous avons pris attache avec deux responsables de la direction de l’éducation qui se sont contentés de dire : «On ne peut vous communiquer les résultats par filières, telles sont les instructions du directeur de l’éducation». Notons part ailleurs que le taux de réussite au BEM à Sétif a atteint cette année les 66,39%. Ce résultat permet à la wilaya d’occuper l’une des quatre meilleures places à l’échelle nationale. Avec une moyenne de 19,70/20, l’élève Meghagha Mouhsina du collège Chadli Lakhdar de Sétif s’est  illustrée de fort belle manière. L’on apprend que 18 autres lauréats ont décroché le brevet avec une moyenne supérieure à 19/20. Ayant fait couler beaucoup d’encre ces derniers temps, le concours de recrutement de 1103 nouveaux enseignants vient de connaitre son épilogue au grand bonheur des recrues. Sachant que les listes des admis d’un concours convoité par plus de 27500 candidats ont été affichées vendredi matin. L’on apprend que les recalés contestant les résultats disposent de 10 jours pour introduire leurs recours. Les admis devront, quant à eux, bénéficier d’une formation accélérée de quinze jours. Celle-ci s’étalera du 11 au 23 juillet en cours.

Copyright © 2004/2011 presse.algerieinfo.be .......