PUB Ads

constantine INFO Journal constantine INFO Journal

 

Algerieinfo.be  Presse dz24.info » Constantine
Actualite Sports Politique sante economie culture

Djebel Ouach (Constantine) : Le patrimoine forestier reprend ses droits

20/10/14 - Le contournement de Djebel Ouahch pose de sérieux problèmes environnementaux. Ne pas déranger la forêt Djebel Ouach est l’une des raisons invoquées au micro de la Chaîne III par Abdelkader Kadi, le ministre des Travaux publics, pour justifier la réalisation de la voie de contournement de 13 km des tunnels de Djebel Ouach de l’autoroute Est-Ouest entre Constantine et Skikda. Si le ministre a employé les mots justes, il y a donc eu une préoccupation environnementale pour le contournement du sérieux problème posé par ce tronçon de 1,8 km dont les interminables travaux empoisonnent la vie des automobilistes de l’Est algérien et de la ville de Constantine. Des chantiers qui ont requis, il y a deux ans, des renforts venus d’El Tarf où les travaux ont été mis à arrêt sur les 87 km restants. Des travaux inquiétants aussi car, à plusieurs reprises, des effondrements se sont produits, le dernier a failli tourner au drame dans l’un des tunnels mis en service dans la précipitation pour relativiser les retards accusés par ce mégaprojet éclaboussé par des scandales financiers. Ainsi donc, on fait faire un écart au rouleau compresseur qu’est l’autoroute pour que Constantine puisse continuer à jouir des bénéfices des 250 hectares de la forêt de Djebel Ouach, destinée à devenir un parc de loisirs. Ce qui est une sage décision si elle en est la véritable raison. Le Parc national d’El Kala, avec ses 80 000 ha (320 fois plus grand) et son inestimable diversité biologique n’a pas eu droit à cet égard lorsqu’en février 2008, Amar Ghoul, alors ministre des TP, a lancé ses bulldozers à l’assaut du parc en dépit des engagements pris face à la mobilisation citoyenne peu commune que le tracé de son projet avait déclenchée. «Ce n’est pas moi, c’est Belkhadem, le chef du gouvernement» qui a pris cette décision, s’est ensuite expliqué Amar Ghoul. Abdelaziz Belkhadem, pour sa part, a fait la sourde oreille devant toutes les propositions de contournement du Parc national d’El Kala au motif que cela allongerait les délais et les coûts. La suite, on la connaît. Il est difficile de croire qu’en six ans, la protection de la nature ait soudain pris une telle considération chez les décideurs. En 2008, l’autoroute balafrait un fleuron la biodiversité méditerranéenne, une institution de l’Etat spécialement créée par décret présidentiel pour protéger la nature et, en 2014, elle fait un pas de côté pour un parc de loisirs. La protection de l’environnement – encadrée par des textes réglementaires, des stratégies, des programmes, des plans et des milliers d’actions relayées par des rencontres et des manifestations sans lendemain –si ce n’est pour des intérêts bien compris, n’a toujours été qu’un alibi pour justifier l’incongru ou un accoutrement dont se parent les pouvoirs publics pour améliorer leur image. Dans le cas présent, le ministre des Travaux publics a évité d’aborder en toute transparence les véritables raisons qui le contraignent à abandonner les tunnels de Djebel Ouach, qui focalisent tous les mensonges de l’autoroute Est-Ouest. La solution d’une voie de contournement de 13 km, drapée de mansuétude pour la nature, est présentée comme une faveur accordée aux citoyens. Mais à quel prix ? Le tronçon d’El Tarf n’est réalisé qu’en partie. C’est une miraculeuse opportunité offerte aux pouvoirs publics de faire la preuve de leur bonne foi pour la protection de la nature. Ceci en commençant par appliquer le «principe de substitution» inscrit dans la Convention pour la biodiversité et transcrit dans les textes nationaux, qui impose d’opter obligatoirement pour la solution qui protège l’environnement quel que soit son coût, car protéger l’héritage des générations futures n’a pas de prix.   Continue reading

Beni Hmidène choisie comme commune-pilote

20/10/14 - Le directeur de la DAS de Constantine, Abderrahmane Tigha, a installé jeudi la commission de wilaya chargée de la prise en charge de la femme en milieu rural. Une initiative qui coïncide avec la journée internationale de la femme rurale. «Il ne suffit pas d’installer une commission, comme cela a été le cas dans beaucoup de wilayas, si celle-ci n’est pas suivie d’effet ;, je compte sur vous pour entrer en action, car, la femme rurale connaît d’immenses retards dans sa prise en charge, pire, des drames sont vécus au quotidien» a-t-il déclaré pour engager le débat. En fait, les débats qui ont suivi ont révélé d’énormes insuffisances et des problèmes vécus par cette frange vulnérable de la société. L’une des participantes, dira pour sa part : «En milieu rural, la femme est souvent l’otage d’un environnement hostile, machiste et ignare, contrairement à ce que l’on pense, d’autres sujets plus pointus et plus graves sont vécus par des femmes à l’occasion d’une séparation, d’un décès ou d’un handicap et les dégâts sont pour beaucoup irréversibles, c’est pour cela qu’une prise en charge est plus que nécessaire, surtout que l’Etat accorde des crédits très importants». En effet, et sur ce point précis, un autre participant en charge de la lutte contre l’analphabétisme nous apprend que ce ne sont pas les moyens qui manquent. «Nous disposons de crédits importants et d’un matériel chèrement acquis qui n’attend qu’une distribution utile pour des femmes dans un besoin pressant, mais nous n’arrivons pas à le faire et j’attends de cette commission d’agir au plus vite», a-t-il expliqué. C’est tout dit d’une situation pleine de contradictions où l’Etat prévoit des crédits importants, mais dont l’issue reste sujette à bien des interrogations. Toutefois, l’on apprend auprès des participants que la commune de Beni Hmidène a été retenue comme commune-pilote pour des actions concrètes et efficaces. Continue reading

Un groupe d?artistes désigné pour un simple toilettage

20/10/14 - La polémique sur le logo retenu pour la manifestation culturelle, Constantine, Capitale de la culture arabe 2015, et présenté lors de la dernière visite de la ministre de la Culture, Nadia Labidi et du commissaire de ladite manifestation, Sami Bencheikh El Hocine a eu des conséquences. En effet, ce logo illustrant la lettre arabe «qaf» a soulevé un véritable tollé au sein de la population constantinoise, relayé par les médias du fait qu’il a été prouvé qu’il est l’objet d’un plagiat d’une autre manifestation dans un pays arabe. Hier, le site Algérie Patriotique, a avancé que la ministre «aurait» décidé d’annuler ce logo pour en commander un autre. «Faux», réplique le coordinateur de la manifestation que nous avons joint par téléphone. «Je viens de sortir d’une réunion au niveau du Premier ministère et d’un commun accord, nous n’avons décidé que d’un toilettage, bien sûr en gardant la même configuration. L’idée qui a été préconisée consiste à retravailler les contours du logo en lui apportant une touche en relation avec la ville et ses caractéristiques. Nous avons, dans ce sens, mis en place une équipe d’artistes qui aura à donner à ce logo plus de teneur, de consistance et d’harmonie avec l’évènement et la ville», a-t-il affirmé à El Watan. Que veut dire  toilettage ? On ne sait pas. Gageons que cette décision va mettre un terme aux supputations concernant ce logo, caractérisé par une pauvreté artistique criarde, copié comme un vulgaire papier et couronné par un jury qui va devoir rendre des comptes. Continue reading

Les véhicules seront transférés prochainement

19/10/14 - La direction des Transports a tenu mardi dernier une réunion avec toutes les corporations agréées du secteur de transport afin de dispatcher les véhicules de la gare routière Est, avons-nous appris auprès du directeur des Transports Farid Khelifi. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle la fermeture de la gare a été reportée à plusieurs reprises, selon la cellule de communication de l’APC de Constantine. Le directeur des Transports nous a informé qu’il a mené une étude en collaboration avec toutes les corporations concernées, et cette étude a été soumise à l’approbation  de la commission communale de la circulation le 14 octobre dernier afin de dispatcher les véhicules de manière organisée. «La commission a décidé de transférer les véhicules qui font les grandes lignes, comme ceux du sud vers la gare de Ali Mendjeli. Concernant les autres véhicules qui exercent sur des lignes reliant Constantine à des wilayas proches, telles Guelma et Oum El Bouaghi, ils seront placés au niveau du pôle d’échange sis à la zone industrielle Palma, car il y a un mouvement remarquable entre ces wilayas et Constantine» a-t-il expliqué. Il a ajouté que toutes les commodités qui manquent au niveau du pôle d’échange, tels les guichets de réservation et les toilettes publiques, sont en train d’être mises en place par les entreprises spécialisées. Pour rappel, la gare routière Est sera complètement réhabilitée avec un budget de 16 milliards de centime et les travaux seront achevés en 5 mois, selon les services de la cellule de communication de l’APC, qui nous ont déclaré aussi que la fermeture de cette gare routière aura lieu le 30 octobre, en attendant la confirmation de cette date.   Continue reading

L?ouverture du tronçon de la cité des Castors reportée

18/10/14 - Prévue pour le 15 octobre, l’ouverture du tronçon, dit des Castors, prolongement du pont Salah Bey, ne sera effective qu’au 1er novembre. C’est ce que nous avons appris, hier, auprès du directeur des travaux publics de Constantine, Djamel Bouhamed, en marge de la visite hebdomadaire du wali. Pour rappel, lors de la récente visite du ministre de tutelle et sur les lieux même des travaux, il a été convenu d’un commun accord avec l’entreprise réalisatrice d’ouvrir cette route le 15 octobre. Notons, toutefois, que le DTP nous a assuré que les travaux sont presque achevés, et ne reste que le bitumage de la chaussée. Vivement le premier novembre pour une bonne partie de la population concernée qui aura à bénéficier de ce tronçon en attendant l’autre axe menant vers Djebel el Ouahch, c’est-à-dire, la jonction avec l’autoroute Est Ouest. Rappelant que cette dernière est prévue pour la fin de l’année.   Continue reading

Les présumés auteurs arrêtés

18/10/14 - Les présumés assassins d’un gardien de parking à la cité El Gammas ont été arrêtés et présentés ce jeudi devant le parquet de Constantine, qui a ordonné leur mise en détention préventive, a-t-on appris auprès de la cellule de communication de la sûreté de wilaya. Il s’agit de trois individus âgés de 23, 25 et 29 ans, poursuivis pour meurtre avec préméditation. La nouvelle a été accueillie avec soulagement, surtout au sein de la population de la cité d’El Gammas. Un fait qui renseigne sur l’insécurité qui règne dans la ville au point où un jeune gardien de parking de 22 ans soit tué, parce qu’il a voulu empêcher des délinquants de voler une voiture. Pour rappel, les faits se sont déroulés dans la soirée de mardi dernier quand les trois mis en cause se sont retrouvés dans un parking à El Gammas pour voler les accessoires des voitures. Une bagarre avec le jeune gardien se terminera par un crime. Le jeune gardien succombera à ses blessures lors de son évacuation vers l’hôpital d’El Khroub, alors que l’un des assaillants sera blessé lui aussi et amené par les agents de la Protection civile au CHU Benbadis. Exploitant tous les indices de cette affaire, les services de la police judiciaire parviendront à identifier l’un des agresseurs, qui sera arrêté à Sidi Mabrouk. Les investigations menées par les mêmes services et l’interrogatoire des deux mis en cause, dont le blessé hospitalisé au CHU de Constantine, mèneront à l’identification du troisième complice, qui a pris la fuite chez des proches à Mila. Voyant qu’il n’a aucune chance de rester en cavale, il finira par se rendre. Continue reading

Hocine Ouadah se trompe d?ennemi

18/10/14 - Je ne perds rien et je ne gagne rien avec les projets de la capitale arabe», a déclaré le wali Hocine Ouadah mercredi dernier, à El Watan.  Qu’est-ce qui a pu provoquer le chef de l’exécutif pour faire une telle déclaration qui ressemble plutôt à une démission ? Il semble, que les choses commencent à échapper au premier responsable à la tête d’une wilaya s’apprêtant à accueillir à partir du mois d’avril prochain un événement de taille. Les retards accusés dans la réalisation de plusieurs projets inscrits dans le cadre des préparations de l’événement en question, à l’exemple du palais des expositions envisagé à Zouaghi, et qui ont été rapportés fidèlement dans les colonnes du  journal El Watan déplaisent au  wali. «Les journalistes s’intéressent uniquement aux retards, ils ne savent pas rapporter fidèlement les faits… vous ne voulez pas que les choses avancent !», a-t-il fulminé. S’attaquer ainsi à la presse locale, promet beaucoup de la part d’un wali  qui communique chichement les informations et données liées à la manifestation de 2015. Il faut dire que cette dernière se joue surtout dans les coulisses, puisque les Constantinois, selon Hocine Ouadah, n’ont pas le droit d’être informés sur les coûts réels des projets en cours. Quels sont les montants détaillés de chaque projet lancé à  l’occasion ? Une question que nous avons posée au wali de Constantine en marge de sa visite hebdomadaire effectuée hier aux chantiers. «Nous avons les montants mais nous refusons de vous les communiquer, car la presse ne fait pas la différence entre 1milliard et un million». En plus de faire l’amalgame, M. Ouadah semble déclarer la guerre aux medias locaux. N’est-il pas plus judicieux de s’attaquer à l’incompétence des entreprises algéroises, sétifiennes et étrangères avec lesquelles le gouvernement Algérien s’est engagé en octroyant des marchés coûtant au trésor des milliards de dinars ! C’est le cas d’ailleurs, de l’entreprise espagnole chargée de la réalisation du palais des expositions. Se montrant défaillante cette dernière a perdu ce marché définitivement. Hier, sur place le wali  a décidé de résilier le contrat…Apres tout ça, le wali rassure toujours «les projets seront achevés avant l’événement 2015». On aimerait bien le croire ! Continue reading

Cité El Fedj 2 à Aïn El Bey : Des travaux menacent les habitations

18/10/14 - Les plaintes adressées aux autorités et aux services compétents sont restées lettres mortes. Une trentaine de maisons, situées à la cité El Fedj 2 à Aïn El Bey, sont sérieusement menacées à cause des chantiers de construction lancés à proximité du site par des promoteurs immobiliers. Selon les propos des habitants, cette situation est due au travail anarchique des deux promoteurs, accusés «d’irresponsables et d’inconscients». Ces maisons sont construites sur un talus d’une hauteur d’environ 80m, selon les plaignants qui affirment vivre dans les lieux dans le calme et la sérénité depuis 1990, jusqu’à l’arrivée de ces deux promoteurs. Le problème a débuté, il y a un an, quand les promoteurs incriminés ont lancé des travaux de construction dans un site, se trouvant en dessous du talus, et qui se trouve classé en zone orange, selon les affirmations des riverains. «Mais cela ne les a pas empêché de poursuivre les travaux ; en plus le plan prévoyait la construction de villas, tout en laissant un espace d’environ 50 m entre les nouvelles habitations et le talus. Malheureusement, les promoteurs n’ont pas respecté les plans de construction», déplorent nos interlocuteurs qui précisent qu’un des promoteurs est en train de construire des bâtiments tout près de leurs maisons. «Comment ce promoteur a pu obtenir un permis de construire dans une telle zone? Où sont passées les autorités locales ? Y a-t-il un suivi de leur part ? Sommes-nous dans une jungle ?» se demandent-t-ils.  «Ce qui est inadmissible est que le promoteur empiète chaque jour le terrain qui ne lui revient pas, en s’attaquant au talus», déclarent les habitants de la cité El Fedj 2. Certains ajoutent que ce promoteur risque d’atteindre à leur intimité, car le bâtiment en cours de construction est trop proche de leurs maisons. Pourtant le certificat d’urbanisme de ce terrain, fourni par les habitants, stipule que la hauteur des maisons construites ne doit pas dépasser un RDC+3. «Si je voulais vivre là où il y a trop de béton, je n’aurai pas acheté une maison sur ce talus où il n’y avait que de la verdure», a protesté un habitant. Et d’ajouter: «Pis encore, nos maisons sont à l’extrémité du talus, car le promoteur l’a complètement rasé. Nous ne sommes plus protégés, et nos maisons risquent de s’effondrer au premier glissement de terrain». Sur site, nous avons pu constater l’ampleur des dégâts causés par les travaux. Des fissures sont apparentes sur tous les murs, alors que la clôture du jardin de l’une des maisons s’est effondrée. Des requêtes sans réponses La situation qui a commencé à devenir trop inquiétante a poussé les habitants à saisir à maintes reprises le wali, le P/APC, le P/APW, la sûreté de wilaya, la direction du centre technique de construction (CTC), et la DUC, mais sans résultat à ce jour. «Selon l’article 867 du code civil, les propriétaires ont le droit d’exiger le respect d’une hauteur limite, d’autre part les travaux de terrassement ont provoqué sous le talus un glissement de terrain très grave au point que nos maisons sont menacées d’effondrement», martèle une dame de la cité d’El Fedj. Selon notre interlocutrice, c’est pour cette raison qu’ils ont contrarié au début l’octroi du permis de construire. Alors sur quelle base ce permis a été attribué? Car le talus est la propriété de l’agence foncière et il est une sorte de mur de soutènement naturel pour ses habitations, comment se fait-t-il que le promoteur le casse? Ces pauvres gens appellent les responsables de mettre fin à cette mascarade, et empêcher ces promoteurs de commettre des dégâts irréparables. Continue reading

La fraude commerciale en hausse de 37%

18/10/14 - Beaucoup de dépassements ont été enregistrés ces derniers mois dans la wilaya de Constantine, de la part de marchands inconscients qui ne cessent d’exposer la vie des consommateurs au danger. Pis encore, ces dépassements sont en augmentation permanente. Selon Abdelhakim Merrad, chef de service de la répression des fraudes et chargé de communication à la direction du commerce, il y a une hausse considérable des cas de fraude durant les 9 derniers mois de l’année. Suite aux différents contrôles des brigades d’inspection, 85 magasins de vente de produits alimentaires et industriels ont été fermés. En matière d’infractions, on a enregistré une hausse de 37% par rapport à la même période de l’année écoulée. Pour la fraude sur la qualité, les commissions de contrôle ont compté 2.614 infractions, soit une hausse de 34%. Concernant la transgression des normes de la pratique commerciale, les mêmes services ont enregistré 6.859 infractions et établi 6.106 PV soit une augmentation de 28%. Par ailleurs, les mêmes services ont enregistré des défauts de facturation dont le montant dépasse 7 milliards de dinars.   Continue reading

Ali Mendjeli : Le chèque de secours vendu à 15 DA dans des kiosques

18/10/14 - Un manque de chèques de secours s’est fait sentir ces derniers jours dans les bureaux de postes de Ali Mendjeli. Une situation qui a été exploitée par certains gérants de kiosques, pour proposer aux citoyens des copies de cet imprimé pour la somme de 15 DA. Un fait qui nous a été rapporté par des habitants et que nous avons pu constater sur place. Le procédé est devenu, semble-t-il banal, surtout que l’imprimé est accepté même dans certaines agences postales. Ce qui a poussé des clients d’Algérie Poste à se poser la légalité de cette vente ? A ce sujet, le directeur de l’unité postale de wilaya, Fodil Doukhane, a affirmé à El Watan que les différentes agences postales dans la wilaya ne souffrent d’aucun manque de chèques de secours et elles sont alimentées régulièrement et en quantités suffisantes. Le même responsable explique cette situation par le comportement incivique de nombreux clients qui viennent prendre une quantité importante de cet imprimé pour la stocker chez eux, privant ainsi les autres citoyens. Pour la vente des chèques de secours, le directeur de l’unité postale de wilaya a avancé qu’il s’agit d’une pratique frauduleuse. «Nous allons dépêcher une commission d’inspection et si nous trouverons des gérants de kiosques qui vendent les chèques de secours, nous allons déposer une plainte contre eux. C’est strictement interdit», a-t-il avisé.   Continue reading

Copyright © 2004/2011 presse.algerieinfo.be .......