PUB Ads

constantine INFO Journal constantine INFO Journal

 

Algerieinfo.be  Presse dz24.info » Constantine
Actualite Sports Politique sante economie culture

Sidérurgie : L?italien Tuxor cible Constantine

30/10/14 - La firme italienne de sidérurgie, Tuxor SPA, l’une des principales sociétés européennes dans la fourniture de matériaux sidérurgiques pour l’ingénierie civile et pétrochimique, fête ses 30 ans. Elle collabore avec l’Algérie depuis 50 ans et ambitionne de se faire, comme l’a indiqué son PDG M. Ferrero, «un futur dans ce pays», au cours d’un séminaire technico-commercial organisé à l’hôtel Novotel de Constantine, à l’initiative du Cabinet Meziani Consulting. L’idée d’organiser ce séminaire a germé en juin dernier, à l’issue d’un forum organisé à Turin, en Italie, auquel ont pris part des entreprises algériennes. Afin de se rapprocher de ses clients et partenaires, Tuxor a ainsi décidé d’organiser une série de séminaires similaires en Algérie «pour développer la relation existant entre Tuxor et le client». Pour sa première rencontre avec ses clients, Tuxor a délibérément choisi Constantine «parce qu’elle est la capitale de l’industrie mécanique», a soutenu son PDG, mais aussi pour «ses origines romaines». Certifiée ISO 9001 SQS (association suisse pour systèmes de qualité et management et ISO 9001 IQ Net, The international certification network), Tuxor affiche de grandes ambitions et envisage de procéder, à l’avenir, à l’expansion de tous ses marchés mondiaux. Parmi ces derniers, il y a celui de l’Algérie qui représente, selon M. Sala, export manager MENA Tuxor, le plus gros chiffre d’affaires de la société. «Depuis 2013, l’Algérie représente le plus gros du chiffre d’affaires de notre société», dit-il, d’où l’importance pour l’équipe dirigeante de Tuxor de mettre au point une politique commerciale agressive visant à préserver les acquis de la firme, de trouver de nouveaux partenaires et renforcer les relations existantes, surtout qu’en Europe la demande en matière première, à l’exemple du minerai de fer qui rentre dans la fabrication de l’acier est faible. «L’Europe se met à l’heure de l’écologie, même en 2015 cette tendance restera faible, d’autant que le cours du pétrole est en baisse», a précisé à ce sujet M. Meziani, dont le cabinet de consulting est l’organisateur de ce séminaire. Et, bien qu’elle soit présente au niveau de tous les continents, Tuxor aspire néanmoins à améliorer ses échanges commerciaux avec ses clients algériens, «dans le respect, l’amitié et la sincérité, car le profit n’est pas tout», a précisé son PDG, M. Ferrero. Ce dernier a fourni la première fois l’Algérie en acier, c’était en 1964. Il a également fourni d’importantes quantités d’acier en 2008-2009 pour la réalisation de l’autoroute Est-Ouest et du bitume en vrac en 2009-2010 pour ce même ouvrage. Continue reading

Ces lotissements qui naissent la nuit

30/10/14 - Tout le monde est au courant mais personne ne réagit. Ils n’ont ni permis de lotir ni permis de construire et ils sont en train d’ériger des villas au nez et à la barbe de tous, indûment et pendant la nuit. Ça se passe sur le versant situé entre la cité dite Belhadj et la route Massinissa, sur une terre agricole qui fait face à la ville. Un terrain où tout le monde aimerait habiter à cause du site panoramique, mais lequel est classé zone non constructible. Ce n’est pas le seul lotissement anarchique qui voit le jour par ces temps d’absence de l’Etat à Constantine et de chaos urbanistique. D’autres sites notamment à Ledjdour, Salah bey, El Meridj, Naâdja Seghira (près de Boussouf), et aussi aux Eucalyptus, en bas de la cité Belhadj, poussent grâce à l’action criminelle de propriétaires terriens cupides et irrespectueux de la loi, qui vendent des lots à construire sans détenir le permis de lotir. Permis qu’ils sont incapables de décrocher du fait que leurs terrains ne répondent pas aux règles de l’urbanisme, notamment la loi 08/15. De l’autre côté, les acheteurs issus de l’exode rural et du magma des blanchisseurs d’argent comptent sur le silence d’une administration locale faible et/ou complice pour ériger leurs blocus et mettre la ville devant le fait accompli, en attendant la régularisation. Stratégie classique. Le cas de ce nouveau site qui appartenait à la famille Benabdelkader est symptomatique. Depuis des mois maintenant, des engins font des terrassements, dans la discrétion, et certains sont même passés au coulage de la plate-forme. Tout le monde est au courant mais personne ne réagit. La commune, première institution concernée et censée veiller au respect de l’urbanisme, n’a pas encore bougé le petit doigt alors qu’on dit que le maire, Sifeddine Rihani, a constitué un dossier qu’il a transmis à la wilaya. Le wali et son DUC ne peuvent pas non plus s’offrir le luxe de rester à l’écart de cette situation. Un bidonville de plus est un bidonville de trop, quand bien même il est constitué de grandes maisons à plusieurs étages. Dans les couloirs de la commune, où on se réuni chaque jour pour examiner cette situation, on chuchote que le silence officiel est imposé par la qualité de certains acquéreurs. Il se trouve effectivement parmi eux une femme magistrat qui aurait usé de son influence pour régulariser deux lots totalement illégaux. Mais est-ce une raison pour justifier la passivité ou bien une vieille astuce qu’on invoque pour tétaniser l’administration et ramener l’opinion publique à la résignation ? Les responsables de cette ville, le maire à leur tête, sont comptables des dérapages urbanistiques. Si ce lotissement voit le jour, ils en porteront à jamais la responsabilité comme on porte un bonnet d’âne. Continue reading

Hommage à Pierre Chaulet et Saddek Masseboeuf

29/10/14 - C’est la première fois à Constantine qu’une institution honore des militants algériens d’origine européenne. Deux ans après son décès, le 5 octobre 2012, l’APC du Khroub a décidé de rendre hommage au Pr. Pierre Chaulet, médecin et militant anticolonialiste, en baptisant en son nom la polyclinique Massinissa, nouvellement construite, alors que le Centre de Santé Communautaire, portera le nom du Dr Saddek Jean Masseboeuf, lui aussi fervent militant pour l’indépendance de l’Algérie, décédé en 1985 à Constantine. Un hommage à la hauteur des sacrifices, de l’humanisme et de l’engagement de ces deux figures de la révolution nationale. Deux médecins algériens d’origine française, que l’APC du Khroub a décidé d’honorer la mémoire, à l’occasion du 1er Novembre 2014, et ce, en baptisant en leur nom deux importantes infrastructures sanitaires. Une date hautement symbolique pour deux patriotes qui ont milité pour l’indépendance de l’Algérie en entreprenant notamment des opérations secrètes avec le Front de libération nationale et dont les nobles actions ne doivent pas tomber dans l’oubli. Le choix de la commune du Khroub pour ces deux activistes et défenseurs des droits de l’homme est, par ailleurs, particulier, d’autant qu’il cible, pour la première fois, des algériens d’origine française. Né en 1930 à Alger, Pierre Chaulet a intégré les réseaux clandestins du FLN avec son épouse et acquis la nationalité algérienne, en 1963. Il fait partie des membres fondateurs de l’agence presse service (APS), à Tunis, en 1961. Professeur en médecine et expert de la tuberculose auprès de l’OMS en 1981, Dr Pierre Chaulet a été élu à la première assemblée populaire communale d’Alger, avant d’être nommé vice-président de l’Observatoire national des droits de l’Homme.  Il a été inhumé, à sa demande, au cimetière chrétien de Diar Essaâda à El Madania, aux côtés du militant Henri Maillot, mort sous les balles de l’armée française en 1956. Le Pr. Saddek Jean Massebœuf est né, quant à lui, en 1908 à la Rochelle en France et poursuit des études de médecine à la faculté d’Alger dans les années 1930. Il commencera ses activités clandestines (transport d’armes) en 1956. Arrêté, il sera transféré à plusieurs reprises dans différentes maisons d’arrêt dont celle de Blida et la prison des Baumettes à Marseille notamment jusqu’à sa libération en 1962. En 1963, il obtient la nationalité algérienne et prend la tête du département de la santé à Constantine. Décédé le 24 avril 1985 dans cette même ville, il est enterré au cimetière musulman sachant qu’il avait également embrassé la religion musulmane d’où son prénom Saddek. Dans ses «témoignages autobiographiques», rédigés en 1979, le Pr. Masseboeuf explique s’être engagé pas à pas dans la Révolution algérienne «parce qu’elle constituait à mes yeux un chaînon de la lutte anti-impérialiste mondiale et s’inscrivait dans la continuité de l’éternelle lutte des hommes et des peuples à la conquête de leur dignité et de leur liberté». Il prête son nom désormais au Centre de Santé Communautaire du Khroub, unique infrastructure du genre en Algérie, inaugurée en 2001, et dont l’objectif est la promotion de la santé, l’éducation sanitaire et la prévention active. Continue reading

Le salon de l?enfance se tiendra au Stade Hamlaoui

29/10/14 - Après plusieurs gymnastiques quant au choix de l’emplacement du chapiteau, devant accueillir le salon de l’enfance, prévu pour le premier novembre à Constantine , c’est la pelouse du stade Hamlaoui qui a été retenu. Pour rappel, le choix initial s’est porté sur l’esplanade de la place de la brèche, mais après vérifications, notamment au niveau des services du contrôle technique de construction, CTC, il s’est avéré que l’esplanade ne peut accueillir une telle structure au risque de s’effondrer, sachant que les travaux de confortement, prévus depuis longtemps, n’ont jamais été entrepris ou du moins avec la rigueur qui sied. Continue reading

E-science ou l?enseignement à distance

28/10/14 - La création du Réseau maghrébin de laboratoires à distance (2012-2015), dans le cadre du projet e-science, appuiera «la modernisation de l’enseignement supérieur des sciences technologiques», a estimé lundi à Constantine la vice-recteur de l’université Constantine-1, Farida Hobar. S’exprimant en marge des travaux de la 1ère journée nationale sur «L’enseignement à distance des travaux pratiques», Mme Hobar a précisé à l’APS que le projet soutiendra «les cours dispensés de manière traditionnelle» et «permettra de former un grand nombre d’étudiants». Elle a ajouté, à ce propos, que le projet E-science «apportera une réponse dans le domaine de l’ingénierie» et «contribuera à l’évolution des sciences technologiques en prenant en compte les attentes du monde du travail». Trois modules relatifs à l’électronique analogique, aux fonctions principales de l’électronique et à l’optoélectronique ont été retenus pour le projet e-science à l’université Constantine-1, a fait savoir la même responsable. Le projet comporte la mise en ligne de cours accessibles à distance, des travaux dirigés (TD) et des travaux pratiques (TP) destinés aux étudiants en licence et en master en électronique, a-t-on noté au cours de cette rencontre. Des cours de mise à niveau pour les techniciens supérieurs et les ingénieurs des filières électroniques sont également inclus dans ce projet, a-t-on également relevé. Au cours de cette première journée nationale sur l’enseignement à distance des travaux pratiques, organisée au campus numérique de l’Agence universitaire de la francophonie (AUF), les participants, venus de plusieurs universités du pays, ont présenté un projet portant «développement d’une plateforme matérielle générique pour les télétravaux pratiques». Des projets d’implémentation et d’enseignement en ligne des cours d’informatique, et de développement d’un e-TP sur les amplificateurs opérationnels, les diodes électroluminescentes et les oscillateurs analogiques, ont également été présentés. Le projet e-science, d’une durée de trois ans, élaboré en coordination avec l’université Bordeaux-1 (France), associe seize (16) partenaires universitaires et industriels de pays maghrébins et européens. Après le passage obligé des évaluations, les réseaux de laboratoires créés seront intégrés dans les formations déjà habilitées par les ministères de l’Enseignement supérieur des pays participants à ce projet, «en respectant le programme pédagogique établi», a-t-on indiqué.   Continue reading

De la réhabilitation au simple ravalement de façades

28/10/14 - Les travaux risquent de connaître de sérieux retards à cause des lourdeurs bureaucratiques. Les travaux de réhabilitation d’une partie de l’ancien patrimoine immobilier de la ville de Constantine, inscrits dans le cadre du programme d’accompagnement des projets en cours de réalisation, en perspective de la manifestation 2015, risquent de prendre un sérieux retard sur les prévisions. Pire, l’opération de réhabilitation d’un total de 343 immeubles anciens risque de se transformer en une simple opération de …ravalement de façades. Ni plus ni moins. Initialement prévue pour fin 2014, la finalisation des travaux de réhabilitation des vieilles bâtisses concernées prendra certainement beaucoup plus de temps à cause notamment des lourdeurs bureaucratiques. Certaines sources proches du dossier évoquent à cet effet, le mois de février voire mars pour que la rénovation des immeubles concernés soit achevée. Le problème réside, selon notre source, dans l’octroi tardif des ordres de services (ODS) et la signature des marchés par les entreprises étrangères retenues. «Les entreprises étrangères chargées de la réhabilitation ne signeront le marché que cette semaine. Elles viennent également de recevoir les ODS. Ces entreprises ont entamé les travaux par anticipation pour ne pas trop perdre de temps car la procédure réglementaire aurait pris beaucoup plus de temps, mais malgré cela les travaux n’ont pas beaucoup avancé», nous dit-on. En effet, en dépit de ce prétendu gain de temps les travaux piétinent, car les entreprises étrangères engagées dans ce processus de relooking attendent depuis plusieurs semaines que le financement nécessaire à l’importation de matériaux spécifiques et de main d’œuvre qualifiée soit enfin débloqué. Entamés au mois d’août 2014, les travaux relatifs à la mise à niveau du vieux bâti de Constantine devaient durer environ six mois et cibler l’étanchéité des terrasses, la réfection des vieilles toitures, la réfection des cages d’escaliers et le ravalement des façades. Or, avec le retard enregistré dans la signature des marchés et l’octroi des ODS, l’ambitieux programme de réhabilitation de ces immeubles pourrait être revu à la baisse et se transformer en un simple ravalement de façade. «Les travaux ont pris un mauvais départ. Les choses ont été faites tardivement, dans la précipitation. Ces projets constituent une chance inespérée pour Constantine d’acquérir de nouvelles infrastructures et des immeubles rénovés, mais il aurait fallu engager ce grand chantier dans les temps pour que tout soit exécuté correctement loin de tout bricolage dicté par les retards importants enregistrés sur les prévisions», déplore une source proche de la wilaya. Malheureusement, au regard des lenteurs et des retards qui caractérisent la plupart des projets inscrits dans le cadre des préparatifs pour le rendez-vous de 2015, l’irrespect des délais de réalisation est devenue une marque déposée caractérisant le méga chantier portant le sceau de 2015. Continue reading

Des errements qui durent depuis huit ans

28/10/14 - Les péripéties du projet de la réhabilitation de la rue Chitour Amar risquent de prendre les allures d’un long feuilleton. Pour preuve, cette opération remonte  déjà au mois de février 2006, date à laquelle la commune avait décidé l’évacuation de l’ancienne station de taxis pour, soit disant, réaliser un mur de soutènement pour cette artère, située juste derrière la clôture du square Bachir Bennacer. Mais le projet sera finalement abandonné, faute de financement, selon une source de la commune de Constantine. Pourtant l’APC avait bien l’intention de mettre un terme au dangereux phénomène de glissement de terrain, qui risque de provoquer l’effondrement du mur surplombant l’avenue Zaâbane, et dont les effets seraient dus, selon des spécialistes, aux infiltrations des eaux souterraines à partir du square Bachir Bennacer, situé dans les allées Benboulaïd. Les effets de celles-ci ont même affecté toute la partie qui s’étend jusqu’à l’unité de la Protection civile, dont la clôture connaît depuis des années de sérieuses déformations. En 2008, soit deux ans après, le projet est resté à l’état d’hibernation au moment où des citoyens faisaient le pied de grue chaque jour pour dénicher des taxis «sans domicile fixe». Devant l’insistance du syndicat des chauffeurs de taxis et ses multiples réclamations, la commune décidera enfin de céder. La rue Chitour Amar sera encore rouverte au début de l’année 2009 pour servir de station aux taxis desservant les cités des banlieues nord et nord-est de la ville. Une mesure bien accueillie par les citoyens, mais elle sera de courte durée. Moins d’une année après, la commune décidera encore une fois de revoir le dossier de la station de la rue Chitour Amar, après la dégradation de l’état du mur. «En 2011, un début d’affaissement près des escaliers situés à proximité du centre culturel Ibn Badis (ex-UP),  vient confirmer que la situation devient plus inquiétante d’où la décision de fermer cette rue à la circulation», nous confie un cadre de la commune qui explique que la municipalité n’a pas voulu revivre l’expérience du boulevard Zighoud Youcef, survenue quelques années plutôt et qui a été le théâtre d’un important affaissement juste à coté du siège de l’APW, mais qui ne causera pas heureusement de dégâts. Depuis la fermeture de la rue Chitour, trop de tergiversations ont marqué ce projet, dont on a annoncé à plusieurs reprises son entame, mais qui ne sera jamais lancé. «Bien qu’une première enveloppe de six milliards de centimes a été dégagée, la commune a toujours trouvé des difficultés pour bien aborder cette opération», affirment des sources de la municipalité. En voulant savoir plus sur ce sujet, nous avons trouvé d’énormes difficultés pour avoir l’information au niveau de l’APC de Constantine, surtout que la question intéresse les Constantinois, désireux de connaître ce qui se trame dans «les coulisses de la mairie». Le problème concerne aussi bien les chauffeurs de taxis privés d’une station qui rendait aussi des services aux citoyens. Néanmoins, un black out total semble être imposé par le P/APC, qui refuse obstinément d’être plus communicatif avec la presse, qui, en somme, ne fait que son travail pour informer les citoyens. Continue reading

En bref?

28/10/14 - - Précisions de la présidente de la commission de l’UNFA La présidente de la commission de wilaya de l’union nationale des femmes algériennes (UNFA), Mme Assia Benmhidi, a tenu à préciser que les personnes citées dans l’article paru sur notre édition du dimanche 26 octobre sous le titre:  Conflit à l’UNFA- le procés n’est pas terminé - «ne font plus partie de l’organisation et n’ont plus la qualité de militantes de l’UNFA depuis 2011». Une affirmation soutenue par la composante de la délégation constantinoise ayant pris part au dernier congrès de l’UNFA tenu à Alger début 2014. - Du théâtre à gogo pour les enfants Durant la semaine de vacances scolaires du mois de novembre, les enfants seront au rendez-vous avec la 15ème édition du festival national de théâtre pour enfants. L’évènement qui sera abrité par la maison de jeunes de la cité Filali du 1er au 3 novembre, marqué par la participation de troupes venues de 15 wilayas, verra la présentation de seize pièces, en raison de trois représentations le matin, à partir de 10h et trois autres l’après-midi à compter de 14h. - Des stations de services toujours fermées Dans de précédentes éditions, nous avons annoncé l’ouverture des stations de service de Aïn Smara et celle de la cité Boussouf en juillet puis en octobre, selon des déclarations des responsables du secteur de l’énergie et des mines. Mais pour des raisons qui restent à éclaircir, ce n’est pas le cas. Cette situation n’est pas sans effet sur l’approvisionnement des automobilistes en plus d’autres dégâts collatéraux, notamment sur la fluidité de la circulation à la zone industrielle Palma. Le directeur de l’énergie et des mines, Ahmed Bouzidi, impute cette situation à Naftal et explique que « Pour la station de Aïn Smara, son inauguration s’effectuera le 1er novembre, celle de Boussouf pour la fin de l’année quant aux stations du Chalet des pins, elles ont été programmées pour février 2015. Les retards enregistrés incombent à NAFTAL, l’entreprise chargée de ces réalisations». - Report de La session de l’APW Prévue pour le 29 de ce mois, la session ordinaire de l’APW a du être reportée au 5 novembre prochain sur demande du wali, semble-t-il. Le président de l’APW, Abdelghani Yaïche, nous a confirmé le report en le justifiant par un problème «dans quelques dossiers qui doivent être finalisés pour les discuter amplement lors de la session», a-t-il dit.   Continue reading

Transport à Constantine : L?ouverture des deux gares routières prévue le 30 octobre

27/10/14 - Le projet de gare multimodale est renvoyé aux calendes grecques en attendant un finnacement. Pas moins de 800 bus et 500 taxis devront déménager dans les deux nouvelles gares routières, celles de Ali Mendjeli et du pôle d’échange, sis à la zone industrielle, Palma, et ce dès le 30 octobre prochain. C’est ce qu’on a appris auprès du représentant de la direction des transports de la wilaya, Adel Ameur et celui des services de la commune, Farid Bouarroudj, invités hier au forum de la radio Cirta Fm. Le problème central, reste ce nombre qu’il va falloir affecter dans des espaces réduits. Pour cela, le représentant de la direction des transports dira : «Effectivement, avec le nombre impressionnant de véhicules de transports, nous étions dans l’obligation de prévoir une aire de stockage, c’est-à-dire, une zone  de stationnement qui aura pour mission première d’accueillir tous les bus en attendant l’heure d’ embarquement de leurs passagers. Cette aire se trouve non loin du pôle d’échange, c’est-à-dire au niveau de la zone industrielle, précisément attenant à l’ancien souk el fellah». l’invité avait, cependant, du mal à expliquer la faisabilité d’une telle démarche, sachant l’anarchie qui caractérise une bonne partie des transporteurs et c’est à demi mot que nos deux représentants reconnaissent l’acuité d’une telle problématique en déclarant : «Certes, la tâche n’est pas simple, il faut régler certains mécanismes, notamment de communication pour gérer un temps qui reste notre principal souci». Sur un autre registre, l’on apprend que les nouvelles gares routières seront gérées par des professionnels, issus de la société de gestion des gares routières algériennes, SOGRA ; un choix dicté par la gestion calamiteuse des anciennes structures depuis des lustres, le chef de service des transports terrestres dira : «En fait, il ne suffit pas de construire des structures à coups de milliards pour ignorer le volet de gestion, synonyme de pérennité des ouvrages en assurant une maintenance régulière et une prise en charge effective des usagers, d’ailleurs un cahier des charges a été conçu dans un souci d’en finir avec des pratiques dont les résultats ne sont plus à démontrer». Par ailleurs et concernant la gare multimodale, conçue comme une réponse concrète aux problèmes de transport dans toutes leurs facettes, l’on apprend que les études sont finalisées, l’octroi du projet à une société algéro-turque effective et il ne reste que l’affectation des crédits pour entamer les travaux. Selon le représentant de la direction des transports : «Cela fait une année que nous avons tout finalisé, nous attendons l’enveloppe financière surtout que lors de la récente visite du ministre de tutelle, nous avons été rassuré que le dossier sera réglé incessamment». Continue reading

Session régionale de formation en ferronnerie d?art

27/10/14 - Une session régionale de formation en ferronnerie d’art vient d’être lancée mardi à Constantine, à l’initiative de la Chambre de l’artisanat et des métiers (CAM), a-t-on appris mercredi auprès de son directeur, Nasreddine Benarab. Les cours pratiques et théoriques devant être dispensés dans le cadre de cette formation, organisée pour  la première fois par la CAM de Constantine, ciblent 30 jeunes de plusieurs wilayas de l’Est du pays dont Oum El Bouaghi, Skikda, Sétif, Annaba, Mila, El Tarf, Jijel et Constantine, a précisé le même responsable.La formation s’effectue au centre de formation professionnelle de la zone industrielle Palma, en vertu d’une convention signée entre la CAM et la direction de la formation processionnelle. Elle sera sanctionnée par un diplôme permettant aux jeunes de créer leur propre micro-entreprise spécialisée «avec l’aide et sous la supervision de la CAM», a encore indiqué M. Benarab. L’objectif recherché est, d’abord, de contribuer à préserver cette forme d’artisanat, de développer les performances des artisans et leur permettre d’acquérir de nouvelles techniques, a expliqué la même source. Prévue sur une durée d’un mois, cette session régionale sera renouvelée dans les prochaines années prochaines  afin de toucher le maximum de jeunes de la wilaya de Constantine et des régions limitrophes. Une centaine d’artisans ferronniers active actuellement dans les différentes communes de la wilaya de Constantine, a-t-on souligné à la CAM.   Continue reading

Copyright © 2004/2011 presse.algerieinfo.be .......