PUB Ads

bajaia INFO Journal bajaia INFO Journal

 

Algerieinfo.be  Actualite Sports Politique sante economie » Category: » Bejaia
Guide-dz.com

Béjaïa : La police traque les pseudo-commerçants

30/06/15 - Les services de police relevant de la sûreté urbaine du chef-lieu de la wilaya de Béjaïa ont décidé de mettre fin au squat de la voie publique par des pseudo-commerçants qui pullulent, dans la ville, depuis le début du mois de ramadhan. L’alerte a été donnée par les commerçants qui, par le biais de la section locale de l’Union générale des commerçants et des artisans algériens (UGCAA) qui a saisi le P/APC, ont dénoncé «l’occupation des trottoirs par des pseudo-commerçants durant le mois de ramadhan» qui leur livrent «une concurrence déloyale». L’opération a eu lieu, dans la soirée d’hier, peu avant la rupture du jeûne, soit au moment où les pseudo-commerçants procédaient à l’étalage de leurs marchandises à même les trottoirs. Certains parmi eux, qui ont refusé d’obtempérer immédiatement, disent des témoins sur place, ont été délogés manu militari. Ce qui a, ajoute-t-on, provoqué des empoignades sans trop d’importance avec les policiers déployés. Il faut signaler qu’outre les commerçants, même les piétons et les automobilistes sont outrés par le squat et l’obstruction de la voie publique. Il faut dire, en effet, que, saisissant l’occasion de l’approche de la fête de l’aïd, des dizaines de gens se sont improvisés commerçants le temps d’un mois pour se remplir les poches, dans l’illégalité la plus totale et au mépris des piétons, contraints de partager le trottoir avec des pseudo-commerçants «trop encombrants». Contacté par nos soins, le directeur du Commerce nous a informés que «ce sont les commerçants qui ont demandé aux autorités de réagir et enrayer le commerce informel qui leur cause une concurrence déloyale». Une réunion a eu lieu entre les représentants syndicaux des commerçants, les élus APC et les services de police et a débouché sur cette solution, indique le responsable. Celui-ci ajoute que les pseudo-commerçants délogés sont principalement «des jeunes et des étudiants».   

Aokas : Zayen en vedette

30/06/15 - Un gala artistique a été donné à Aokas à 21h dans la nuit de vendredi 26 juin par une pléiade d’artistes dont le groupe Immuras, la chanteuse Nassima, Bessaha Mohamed, Lotfi, rehaussée par la présence de Zayen. La soirée a eu lieu sur l’esplanade de la mairie au grand bonheur du public local qui n’a pas hésité à se déplacer massivement sur les lieux et accompagner les artistes dans leurs envolées lyriques jusqu’à une heure tardive de la nuit. Ambiance familiale, joie, mixité, piste de danse toujours pleine et fébrile .... Bref, tous les ingrédients nécessaires qui ont fait que la soirée a été d’un tel degré de réussite. Le gala s’est terminé en apothéose avec Zayen qui a fait vibrer toute l’assistance qui commençait à s’appesantir de la morsure de la fraîcheur matinale.  

Tiraillements et blocage à l?APC

30/06/15 - L’APC de Seddouk (65 km au sud de la wilaya Béjaïa) est bloquée depuis plus de six mois. Avec la «dépermanisation» de Ichallalen Mustapha (RND) et la démission de Amiri Salim (RCD), deux anciens alliés du P/APC et membres de l’exécutif qui ont rallié l’opposition composée de trois élus du FLN et de cinq indépendants, le maire, Djamel Tigrine, a perdu la majorité au sein de l’Assemblée. L’opposition constitue désormais la majorité, composée de 10 élus sur les 19 que compte l’assemblée communale. Depuis, le président de l’APC n’a aucune emprise sur le déroulement des travaux des séances des délibérations. Ainsi donc, lors de la dernière assemblée extraordinaire tenue en date du 31 mars dernier, les élus de l’opposition ont désapprouvé les trois points inscrits à l’ordre du jour et proposés par l’exécutif, à savoir la répartition des PCD, du budget de wilaya et du FCCL. «La répartition de ces budgets est faite avec la participation des associations et les comités de village», soutient l’adjoint maire, M. Djellouah, en précisant que toutes les opérations inscrites sont essentiellement liées à l’AEP, l’assainissement, le revêtement des routes et l’aménagement urbain des différents quartiers de la commune. Lors de la même séance, les opposants ont réussi même à imposer leur ordre du jour en réclamant le départ du président de l’APC, la dissolution de l’exécutif et la constitution d’une commission ad hoc. La délibération n’a pas eu l’aval de l’administration de la wilaya à cause de sa non-conformité avec le code communal. «Depuis l’installation de l’actuel exécutif, aucun budget supplémentaire (BS), ni compte administratif n’ont été approuvés et l’APC enregistre un excédent de recettes de plus de 250 millions de dinars», dira un élu de l’opposition, en estimant que parmi les «opérations inscrites, moins de 40% seulement ont été concrétisés». Les opposants campent sur leurs positions et exigent le départ de l’actuel maire et son exécutif qu’ils accusent, entre autres, de «mauvaise gestion et d’inertie». En l’absence de dialogue entre les deux parties, la situation se corse avec toutes les conséquences que cela génère sur la gestion des affaires communales au grand dam de la population qui espère un meilleur cadre de vie.  

«C?est au maire de trouver une solution»

30/06/15 - Qu’est ce qui motive l’option du blocage ? Cela fait deux ans que nous votons toutes les propositions sans que nous soyions informés des bilans. L’exécutif n’en a jamais rendu compte. Sur le terrain rien n’a été fait. Pour cela, nous ne voulons plus cautionner une telle gestion, empreinte d’inertie. Quelle est à votre avis la solution ? La solution est entre les mains du maire. C’est à lui de trouver une solution, cela fait plus d’un mois qu’une réunion pour un éventuel dénouement de la situation était prévue. Il temporise pour gagner du temps. Qu’exigez-vous donc ? Nous exigeons le départ du maire et son exécutif. Deux ans barakat. Quand on n’a plus la majorité on doit remettre le mandat et laisser les autres gérer.

Tizi en quête d?aménagement urbain

30/06/15 - Le P/APC de Béjaïa a été destinataire, récemment, d’une lettre de revendication de la part de l’association socioculturelle de Tizi l’interpellant sur l’état lamentable de ce quartier, privé de projets d’aménagement urbain et de structures publiques qui doivent accompagner son expansion. L’association demande la reprise et la finalisation des projets déjà lancés mais «abandonnés», telle la deuxième tranche des travaux d’aménagement de la route principale, l’éclairage public, la rénovation de deux conduites d’eau potable (Iheddaden Oufella-Tizi et le quartier Rezkellah), la réfection d’une conduite des eaux usées, l’extension du centre de santé dont la demande de finalisation par l’association est restée «sans suite» et l’achèvement des travaux dans l’école primaire Ab Fellah dont les escaliers sont inachevés. L’association exige, en outre, le lancement d’autres projets qui seraient en stand-by. Il s’agit de l’aménagement des voies reliant Tizi au cimetière Sidi Boudrahem, à Imahdiène et à Iheddadène Ouada. Par ailleurs, des «insuffisances» dans la réalisation du stade de proximité du quartier ont été relevées. Les usagers de cette aire sportive se plaignent de «malfaçons» auxquelles l’association demande d’y remédier. Enfin, l’association relève un relâchement de la municipalité dans la collecte des ordures, perceptible notamment au niveau de quelques impasses non prises en charge et au niveau de la route principale, et demande l’élargissement du nettoiement à leur niveau.

«Je leur propose d?intégrer l?exécutif»

30/06/15 - Pourquoi vos opposants ont-ils opté pour ce blocage ? L’opposition est majoritaire depuis qu’un membre de l’exécutif est limogé pour son bilan insatisfaisant et son comportement incompatible avec la démarche du groupe. Un autre adjoint (RCD) a démissionné suite à un différend avec un autre membre de l’exécutif du même parti. Depuis, les deux ont rejoint l’opposition. Ce sont donc, selon vous, les vraies raisons ? Si vraiment il y a eu mauvaise gestion pourquoi donc voter toutes les délibérations précédentes ? Pourquoi attendre plus de deux ans de gestion pour réagir ? Qu’ils saisissent la justice s’il y a malversations ou autres. Quelle serait à votre avis la solution ? Nous avons deux postes vacants dans l’exécutif et trois postes de président de commission que je leur propose dans un premier temps. Au bout de quelques mois, nous discuterons et si je décèle chez eux une bonne volonté de travailler, à ce moment-là, je peux procéder au changement de l’exécutif.

Sidi Aïch : Du théâtre pour animer les soirées

30/06/15 - Les habitants de la ville de Sidi Aïch et des communes qui l’entourent sont gâtés par l’association Tidets (Vérité) qui leur propose une pièce théâtrale chaque soir du 23 juin jusqu’au 1er juillet. Louée par plus d’un, cette initiative rentre dans le cadre du programme des activités du Ramadhan 2015. Pour ce faire, plusieurs coopératives artistiques ont participé par leurs présentations. Des troupes théâtrales sont venues d’Alger, de Bordj Ménaiel ainsi que de Béjaïa afin de traiter des sujets d’actualité et autres avec beaucoup d’humour, ce qu’a réussi à faire, entre autres, la «coopérative théâtrale Sinjab» en abordant la question de l’école. L’association Tidets a déjà organisé à maintes reprises des soirées et des après-midi dédiées au 6e art. En effet, les membres de ladite association tentent depuis deux ans d’animer un tant soit peu la scène culturelle de la localité, que d’aucun juge désertique, à travers des activités organisées généralement à la salle des fêtes Youcef Abdjaoui (ex-cinéma). Les efforts de ces derniers ont été remarqués par la population locale qui espère d’eux une bonne continuation dans ce sens.  

Festival du théâtre Amazigh : 19 troupes attendues à Akbou

30/06/15 - La onzième édition du festival du théâtre amazigh de la Soummam qu’organise l’association Etoile culturelle aura lieu du 4 au 8 juillet 2015 au niveau de la maison de jeunes Abderrahmane Fares d’Akbou. Pas moins de 19 troupes théâtrales de différentes wilayas ont confirmé leur participation. «Des troupes théâtrales chaouies et mozabites vont être de la partie pour donner une dimension amazighe à ce festival», dira M. Outamazirt, membre de l’association organisatrice, en soulignant que les représentations théâtrales auront lieu dans plusieurs sites et communes limitrophes comme Ighrem, Seddouk, et Chellata. Plusieurs associations locales vont prendre part à cette édition : les associations de Meliha, Fethoune, (Chellata), Aknak (Seddouk), Taslent (Ighrem). «Le festival sera un lieu de rencontre, de  compétitions et d’apprentissage. Il sera aussi une occasion pour la ville d’Akbou et la région de vivre cinq jours durant dans l’ambiance du 4e art et de la culture», commente M. Outamazirt.

La direction du Commerce nous écrit

28/06/15 - Suite à l’article publié dans Kabylie info du 23 juin 2015 sous le titre «Lait de vache en sachet : la vente concomitante se généralise», la direction du Commerce de la wilaya de Béjaïa tient à préciser que : «c’est pour la première fois que durant le mois de Ramadhan de cette année, il a été constaté la disponibilité totale de l’ensemble des produits de large consommation en général et le lait pasteurisé en particulier. Ajoutant à cela la mise en place des marchés spécifiques Ramadhan ‘‘consommons algérien’’ dont le plus important est implanté à l’ex-Souk El Fellah à 500 mètres du quartier Amriw (…). A la grande satisfaction des consommateurs de Béjaïa, la laiterie Amizour assure au niveau de ce marché la disponibilité du lait pasteurisé. Plus de 4000 litres sont commercialisés quotidiennement jusqu’à 18 heures, et ce, en supplément des quantités livrées par les distributeurs. Des cas isolés pour la vente concomitante avec le lait de vache peuvent exister, mais à notre sens parler de vente généralisée n’est pas à l’ordre du jour et n’a jamais existé. Néanmoins, nos contrôleurs sont sur le terrain de manière continue et demeurent vigilants et près à intervenir surtout pour ce genre de pratique qui ne peut en aucun cas être toléré. La surveillance du marché sur l’ensemble du territoire de la wilaya n’a révélé aucune pratique de ce genre».

Béjaïa : Les nuits andalousiennes de retour

28/06/15 - L’association culturelle et artistique Naghma organise la deuxième édition du festival Les nuits andalousiennes, dédié, cette fois, au maitre bougiote de la musique andalouse, Mohammed Rais.  L’évènement organisé en collaboration avec le comité des fêtes, le ministère de la culture et L’ensemble algérien de musique andalouse, aura lieu du 29 juin au 6 juillet sur le site historique Bordj Moussa, dans la haute ville de Béjaïa. Au programme des festivités beaucoup de musique andalouse du début jusqu’au 4 juillet, avec des représentations de l’Ensemble régional d’Alger, accompagné des vedettes Behdja Rehal et Adel Mouloud, les associations Diar El Andalous (Blida), El Fen wanachat (Mostaganem), Naghma (Béjaïa), Mezghenna (Alger), El Amraouia (Tizi Ouzou), l’Ensemble national féminin, les vedettes algéroises Imane Sahir et Toufik Aoun, et enfin Fateh Rouana de Skikda et Leila Borsali de Tlemcen. Au programme également une émission télévisée pour présenter l’association et ses activités, le 5 juillet, plus un gala du Cheikh Mohamed Rais. Pour finir en beauté et pour sortir un peu de la sphère andalouse, l’association réserve en guise de cérémonie de clôture trois galas de variétés avec les artistes Mohamed Bencheikhi, Hassen Terki et Nadia Yasmine.  

Copyright © 2004/2011 presse.algerieinfo.be .......